Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La directrice générale et codirectrice artistique du Théâtre des Petites Lanternes, Kristelle Holliday, est l’une des responsables de l’organisation de la Nuit des idées 2021 à Sherbrooke.
La directrice générale et codirectrice artistique du Théâtre des Petites Lanternes, Kristelle Holliday, est l’une des responsables de l’organisation de la Nuit des idées 2021 à Sherbrooke.

La Nuit des idées pour une première fois à Sherbrooke

Lilia Gaulin
Lilia Gaulin
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Pour la première fois en quatre éditions, Sherbrooke participera, le 28 janvier, à l’événement d’envergure mondiale La Nuit des idées, grâce à une collaboration entre le Théâtre des Petites Lanternes, l’Université de Sherbrooke et le Centre d’artistes Sporobole.

Cet événement international est l’initiative du Consulat général de France à Québec. Mise en place par l’Institut français, la Nuit des idées se déroule annuellement sur les cinq continents. Elle rallie des milliers de personnes à travers le globe pour une nuit de débats interdisciplinaires et intergénérationnels sur une thématique commune. 

« Le concept de la Nuit des idées dans une ville comme Sherbrooke, quand on pense à toutes les initiatives avec les cégeps et les universités notamment, est la chose la plus logique du monde! Les gens veulent parler et échanger », lance la directrice générale et codirectrice artistique du Théâtre des Petites Lanternes, Kristelle Holliday, avec le sourire dans la voix.

« Depuis deux ans, on développe une belle relation avec le Consulat de France à Québec. C’est grâce à cette relation que ce dernier nous a ouvert la possibilité que la Nuit des idées puisse se dérouler à Sherbrooke. Quand la proposition a été mise de l’avant, notre première réaction a été : “ Mais voyons, pourquoi on ne participe pas depuis quatre ans déjà? ” » ajoute-t-elle. 

Proches

Le thème principal de cette quatrième édition est Proches. Il permettra, espère-t-on, que des réflexions plus variées les unes que les autres émergent tout au long de l’événement.

« Le thème pose la question de nos rapports individuels et collectifs à l’espace, des nouvelles solidarités qu’appelle à construire la crise de nos modèles économiques et sociaux. Mais il interroge aussi la place prise par le numérique dans nos sociétés en ces temps où les rassemblements sont impossibles », peut-on lire dans un communiqué.

La partie sherbrookoise de l’événement mettra en lumière la dualité entre les arts et la science. Cette idée, selon Kristelle Holliday, provient en partie de Marie-Ève Carignan, professeure au département de communication de l’Université de Sherbrooke.

L’offre estrienne mettra notamment de l’avant deux capsules artistiques réalisées par le Théâtre des Petites Lanternes et Sporobole. La première abordera le principe d’écoute augmentée, par les moyens matériels des cristaux acoustiques. Auxauralité est le projet de recherche-création de Georges Roussel, d’Ana Dall’Ara Majek et de Philippe-Aubert Gauthier. La deuxième est un projet de création théâtrale du Théâtre des Petites Lanternes. L’âme de Monarques exposera le travail des danseurs Simon Durocher et Élise Legrand en plus du chorégraphe français Thierry Niang. Ils exprimeront le choc post-traumatique par la danse. 

« Le Théâtre des Petites Lanternes met de l’avant une capsule qui plonge entièrement dans notre projet Monarques, qui explore les chocs post-traumatiques chez les vétérans de façon bilingue, à l’échelle pancanadienne », explique Kristelle Holliday. 

76 pays

En plus des capsules artistiques, une discussion sera animée par Rachida Azdouz. La psychologue sera en compagnie du scientifique en chef du gouvernement du Québec, Rémi Quirion, du directeur général du Conseil des arts du Canada, Simon Brault, et de la directrice générale du Wapikoni Mobile, Odile Joannette. 

« On cherchait à élever les expériences qu’on a en virtuel depuis le début de la pandémie. On a trouvé que ce serait intéressant d’inviter des gens connus et qui nous provoquent avec leurs idées. »

En raison des restrictions sanitaires, l’ensemble des activités de cet événement se déroulera virtuellement. 

En passant par Sherbrooke, Trois-Rivières, Saguenay, Montréal, Paris et Lyon, la Nuit des idées offrira également un combat de bandes dessinées et un concert virtuel en direct. 

Les activités de la Nuit des idées sont gratuites. Elles seront diffusées en direct sur la page Facebook du Théâtre des Petites Lanternes et sur celle du Consulat général de France à Québec. Cette année, des activités sont organisées dans 76 pays.