Le chanteur et accordéoniste Yves Lambert.

La musique trad pour rester jeune

La musique traditionnelle distille-t-elle un élixir de jeunesse éternelle? Il suffit d’une courte rencontre avec le prince de la trad au Québec, Yves Lambert, pour se poser la question. Force est d’admettre que les sexagénaires aussi fringants et enthousiastes que lui ne courent pas les rues.

« Je suis encore complètement passionné par la musique et mon métier », lance l’ancien membre de la Bottine souriante. « Mon corps commence à vieillir, mais je suis toujours bien éveillé, allumé et inspiré. »

Il faut avouer que le chanteur et accordéoniste enchaîne les voyages à l’étranger, les spectacles ainsi que les projets musicaux de toutes sortes à un bon rythme. Il aurait sans doute déjà tiré sa révérence ou ralenti de manière importante s’il ne possédait pas une bonne constitution et n’était pas mû par un intarissable désir de jouer les troubadours.

« Je pourrais dire que je suis comme un voyageur de commerce, illustre Yves Lambert. J’essaie d’être continuellement en tournée. J’ai des projets en duo, en trio, au Québec, aux États-Unis, en Espagne et ailleurs. »

Il ajoute que sa « soif de sens » l’amène aujourd’hui à explorer d’autres avenues artistiques, ce qui évidemment contribue à garnir son agenda. « Je ne veux plus seulement représenter la culture québécoise traditionnelle. Je me sens perméable aux autres cultures. »

Le chanteur a notamment déniché un bon filon en Espagne, où il s’est rendu à trois reprises pour des raisons professionnelles depuis le début de l’année. Il doit retourner dans ce pays en juillet prochain pour l’enregistrement d’un disque live. Six musiciens québécois l’accompagneront à cette occasion.

Yves Lambert a également les yeux tournés vers l’immense marché des États-Unis pour lequel il a commencé à travailler sur un projet rattaché à la contre-culture américaine. Des classiques de ce riche univers culturel le titillent et il voudrait leur apporter sa propre couleur.

Un Félix

Le Yves Lambert Trio a reçu le Félix du meilleur album traditionnel lors du Gala de l’ADISQ 2017, grâce à son disque intitulé Laissez courir les chiens.

Au cours de sa longue carrière dans le domaine de la musique, le leader du trio a plus d’une fois touché des Félix et des Juno. Il ne vit donc pas la même excitation qu’un petit nouveau en recevant ce type de prix. « Je ne fais pas de la musique pour la compétition, et puis c’est vite passé, le buzz autour d’une récompense semblable. Mais ça reste gratifiant. »

L’album Laissez courir les chiens comporte des chansons peu ou pas connues du grand public. Cependant, le trio a pris soin d’ajouter des pièces qui se passent plus aisément de présentation, telle Les oripeaux de ma mignonne (Mes souliers sont rouges).

Le 9 décembre, Yves Lambert offrira un spectacle au Cabaret Eastman en compagnie d’Olivier Rondeau et de Tommy Gauthier, qui complètent son groupe. Des classiques, tels La cuisinière, La grand’ côte et La Ziguezon, ainsi que des pièces moins connues, figurent au programme.

Vous voulez y aller?
Yves Lambert Trio
Samedi 9 décembre, 20 h
Entrée : 38 $