Comme chaque fin d’année, Alain-François entamera une tournée de spectacles, avec des arrêts à St-Camille, Victoriaville, Sherbrooke et Magog.

La musique qui fait du bien

Éternel passionné, Alain-François n’arrête pas une seconde. Spectacles, émission sur la pêche à la mouche, voyage en France… Mais c’est un rythme de vie qui semble plaire à l’artiste, qui ne se lasse pas de partager le bonheur de la musique traditionnelle.

Encore cette année, l’auteur-compositeur-interprète fera quelques arrêts en Estrie d’ici le 31 décembre. Et à l’image du titre de son dernier album, on peut s’attendre à des soirées très festives.

« Mes shows sont dans la période des fêtes. Mon dernier album s’appelle d’ailleurs La fête. J’ai fait trois tomes pour La trousse du temps des fêtes… Ça donne une idée de l’ambiance! Les gens ne doivent pas s’attendre à rester assis. Comme j’aime le dire, on libère les âmes de tous les tracas l’espace d’une soirée », confie Alain-François.

Le violoniste spécifie d’ailleurs que son spectacle n’est pas exactement ce à quoi on s’attend d’une prestation traditionnelle typique. Batterie, percussions et projections UV se joignent à la partie pour offrir une expérience musicale unique. On pourra même entendre une version heavy metal de Partons la mer est belle de la part de celui qui aime « mettre son violon à toutes les sauces ».

Encore la fête des fêtes

Chaque année, Alain-François s’arrête également dans sa ville natale, Victoriaville, pour offrir ce qu’il appelle La fête des fêtes.

« C’est ma ville, mon gros bonbon. C’est comme si je faisais un party dans ma cour! En plus, on a des artistes invités. Cette année, je vais être avec Martin Deschamps et Breen Leboeuf. »

Et après plusieurs années à voir les gens danser et taper des mains devant ses chansons, pense-t-il que la musique traditionnelle est là pour de bon?

« Ç’a déjà été plus populaire, par exemple avec la Bottine souriante, mais le traditionnel a encore sa place, estime-t-il. Les gens en ont besoin, c’est un art qui fait plaisir. »

Il soutient aussi que c’est possible d’actualiser le genre. Pour son dernier album, il a d’ailleurs écrit quelques chansons inspirées de son quotidien, de sa vision de la société. Il y raconte ses histoires, mais aussi des récits auxquels tout le monde peut s’identifier.

Il n’oublie toutefois pas celui qui lui a fait découvrir l’amour de la musique, son grand-père, de qui il a d’ailleurs hérité son violon.

« Je me reconnais dans la façon dont il jouait, avec un coup d’archet plutôt agressif. Mon grand-père recevait après la messe le dimanche. Rosario, c’était le violoneux du village! » raconte Alain-François.

Belle réponse de la France

Dimanche, Alain-François achèvera un séjour d’une semaine en France, son troisième en 2017. Cette fois, il y était pour la foire Expo du Havre, une exposition organisée en l’honneur du 150e du Canada.

« J’ai toujours beaucoup de plaisir là-bas. Les Français adorent notre accent. La réception est exceptionnelle. »

Tellement qu’il prépare actuellement un gros projet qu’il présentera chez nos cousins en 2018. Le Québec en fête rassemblera des danseurs ainsi que des artistes invités, dont Stéphanie Bédard.

« C’est un point de départ, on verra ce que ça va donner », laisse-t-il tomber, confiant de voir de nouveaux débouchés.

Tout semble sourire à l’artiste, qui présentera d’ailleurs la deuxième saison de Kalamouche entre la mi-février et la mi-avril 2018 sur les ondes de RDS.

« Je ne suis pas un pro, je suis juste un passionné de pêche à la mouche qui va à la rencontre des gens. Dans chaque émission, on essaye de réaliser un défi. Par exemple, attraper un brochet plus gros que mon précédent record, soit environ 42 pouces [1,07 m]. Pour cette émission, on a même invité un fan de Kalamouche à se joindre à nous », explique-t-il quant au concept de l’émission, aussi accompagnée d’une bonne dose d’humour.

Dans chaque épisode, les paysages sont mis en valeur par la qualité des images. L’animateur a même eu la chance de tourner en Norvège pour cette deuxième saison.

Sur le plan musical, il avoue qu’après quatre albums en autant d’années, il se permet une petite pause pour bien profiter de sa dernière création.

« J’ai quand même un projet en tête, mais je ne me mets pas de pression, je vais prendre mon temps », fait-il savoir avec un sourire dans la voix.

Vous voulez y aller
La fête des fêtes
Alain-François
Samedi 25 novembre, 20 h
P’tit Bonheur de St-Camille
Entrée : 28 $

Vendredi 1er décembre, 20 h 30
Samedi 2 décembre : complet
Colisée Desjardins de Victoriaville
Entrée : 25 $ (prévente : 15 $; souper-spectacle : 44,28 $)

Mercredi 13 décembre, 20 h
Salle Maurice-O’Bready
Entrée : 40 $ (étudiants : 30 $)

L’avant-veille du jour de l’An
Samedi 30 décembre, 20 h 30
Vieux Clocher de Magog
Entrée : 35 $