Liliane Saint-Arnaud, directrice artistique de la compagnie de danse Axile, Angèle Séguin, directrice artistique du Théâtre des petites lanternes (toutes deux sont en lice pour le prix Développement culturel), le conteur Steven Slab (prix Relève), l’artiste en arts visuels et numériques Stéphanie Morissette (prix Excellence culture Estrie), le vidéaste et réalisateur Jean-Sébastien Dutil, la chorégraphe et interprète Danika Cormier (tous deux nommés pour le prix Relève) de même que l’écrivain et essayiste Étienne Beaulieu, retenu deux fois, pour les prix Excellence culture Estrie et Œuvre de l’année en Estrie.

La création estrienne à nouveau célébrée

Douze artistes et compagnies artistiques de la région se disputeront à nouveau les quatre prix en arts et culture de l’Estrie, lesquels seront remis le 2 décembre prochain lors du traditionnel Apéro culturel. L’événement se tiendra pour une deuxième année de suite au Centre culturel de l’Université de Sherbrooke. L’animation a été confiée au conteur Donald Dubuc.

Le plus convoité des quatre prix est très certainement celui de l’Œuvre de l’année en Estrie, dont la bourse vient d’être doublée par le Conseil des arts et lettres du Québec, qui l’a fait passer de 5000 $ à 10 000 $. Une capsule de la Fabrique culturelle sera réalisée également sur le lauréat.

Et qui sont les heureux nommés? D’abord Érika Tremblay-Roy, du Petit Théâtre de Sherbrooke, qui avait déjà remporté ce prix en 2016 pour sa pièce Lettre pour Éléna. Cette fois, c’est pour un autre texte de théâtre, Le problème avec le rose, créé l’an dernier.

L’artiste Geneviève Chevalier s’est également distinguée dans cette catégorie, grâce à Bord d’attaque / Bord de fuite, à la fois œuvre vidéographique et livre d’artiste. Finalement, l’écrivain Étienne Beaulieu a été retenu pour son essai La pomme et l’étoile.

L’auteur s’illustre aussi pour le prix Excellence culture Estrie, grâce à un essai littéraire sur la musique dont la particularité... est de ne pas être encore paru. En fait, une autre nommée, l’artiste en arts visuels et numériques Stéphanie Morissette (gagnante de l’Œuvre de l’année en Estrie 2017), a aussi été sélectionnée pour un projet à concrétiser, soit une œuvre recourant à la réalité virtuelle et à l’environnement 3D.

Grâce à son album et à son spectacle Rêves à colorier, la « fabricoleuse » et multi-instrumentiste Ariane DesLions (prix Relève en 2017) complète la liste des nommés pour ce prix dont l’objectif est de soutenir un artiste qui souhaite continuer de se développer en Estrie. La récompense est assortie d’une bourse de 500 $ ainsi que d’une capsule de la Fabrique culturelle.

Flow, Rurart et Rivières de lumières

Pour le prix Développement culturel, dont la bourse a aussi été doublée (de 500 $ à 1000 $), le jury devra choisir entre Liliane Saint-Arnaud et sa compagnie de danse Axile, pour le projet FLOW (quatre chorégraphies in situ accompagnées d’autant de courts métrages et d’installations), Angèle Séguin et son Théâtre des Petites Lanternes (gagnant du même prix en 2016) pour l’événement Rivières de lumières et Amélie Lemay-Choquette pour le projet Rurart, constitué de résidences d’artiste à la ferme La Généreuse de Cookshire-Eaton.

Finalement, le prix Relève sera attribué soit au conteur Steven Slab pour sa #tournée5 étoiles, soit au réalisateur Jean-Sébastien Dutil pour la série de documentaire Mon Centro, soit à la chorégraphe et interprète Danika Cormier pour ses spectacles-ateliers de danse et conte Sur le quai. Un montant de 500 $ attend le gagnant.