La documentariste Julie Lambert, porte-parole de l'édition 2017 de la Course des régions pancanadienne, Mylène Racine, représentante d'Unis TV, et Pierre Javaux, président du conseil d'administration.

La Course des régions invite les cinéastes émergents

La Course des régions pancanadienne invite les cinéastes émergents des 17 régions administratives du Québec et les jeunes réalisateurs de la francophonie canadienne à s'inscrire d'ici le 6 août.
L'appel de candidatures est ouvert aux jeunes de 18 à 35 ans et les cinéastes sélectionnés disposeront de six semaines et d'un budget de 2000 $ pour réaliser leur court métrage de trois à sept minutes.
« Les cinéastes francophones sont invités à réaliser un documentaire sur leur coin de pays avec l'aide de professionnels. Une course comme celle-là permet aux réalisateurs d'explorer leur art. Ce que je leur conseille, c'est d'oser. Oser se tromper, oser suivre ses instincts, oser aller à la rencontre de gens et déterrer des histoires de leurs coins de pays, car il y a beaucoup de gens qui ont des choses à raconter. Ouvrir les caméras devant eux est une occasion de rencontrer des êtres humains fantastiques », a souligné, en point de presse, la documentariste Julie Lambert, qui est porte-parole de la Course des régions pancanadienne 2017, succédant à l'actrice Pascale Bussières.
L'équipe d'organisateurs de la deuxième édition pancanadienne annonce fièrement qu'elle pourra compter sur l'aide majeure de la chaîne Unis TV, alors que l'an dernier, la première édition avait été réalisée en collaboration avec Radio-Canada.
Unis TV s'est engagée à diffuser les courts métrages des éditions 2016 et 2017. Les documentaires de 2016 seront diffusés l'automne prochain dans le cadre des Mardis tout courts, qui proposeront une heure de courts métrages dès 22 h. Les films pourront également être visionnés en rafale sur le site internet de la chaîne (unis.ca).
« Je trouve important qu'on développe une filmographie des régions. La Course des régions pancanadienne ne ressemble pas aux autres courses au cours desquelles on envoyait des jeunes un peu partout dans le monde faire un reportage. Ici, ce sont des jeunes en voie de professionnalisation qui arrivent avec des produits extraordinaires. La Course leur donne une visibilité qu'ils ne pourraient pas nécessairement avoir autrement », mentionne le président du conseil d'administration de la Course des régions, le cinéaste Pierre Javaux, notant au passage que Josée Labrie remplacera la fondatrice Denise Provencher à la direction générale de l'événement.
Archiver le présent
Les cinéastes soumettent leur dossier de candidature, dont la pièce maîtresse est un petit film d'une à deux minutes, sur le site coursedesregion.com. En tout, 21 cinéastes seront appelés à vivre l'expérience.
Les documentaires de la Course des régions pancanadienne 2017 seront présentés en grande finale devant jury lors de la Soirée de Première qui aura lieu au Théâtre Granada le 25 octobre.
« Un collègue disparu il y a peu de temps, Mario Munger, disait que faire du documentaire est de bâtir la mémoire en archivant le présent. Ça représente bien l'art du documentaire », résume Julie Lambert, qui a notamment remporté de nombreuses reconnaissances pour Un film de chasse de filles, dont le prix du public et le prix du meilleur premier film lors du Festival de cinéma de la Ville de Québec, en 2014.
Après être devenue régionale en 2007, puis provinciale en 2013, la Course des régions, événement ayant débuté dans le Haut-Saint-François, s'adresse à l'ensemble de la francophonie canadienne depuis l'an dernier.