L’été 2019 de Katherine Levac sera notamment ponctué d’une Soirée carte blanche au Festival Juste pour rire, le 16 juillet, et par une semaine de représentations de son spectacle Velours, au Vieux Clocher de Magog, du 6 au 10 août.

Katherine Levac : Miser sur la force du velours

L’ascension de Katherine Levac a été rapide ces dernières années. Son personnage de Paige Beaulieu l’a bien sûr révélée au public. Mais un personnage ne fait pas une carrière. Or, avec son spectacle Velours, elle a su prouver qu’elle avait les ressources nécessaires pour réussir en humour au Québec. Entretien avec une humoriste en pleine possession de ses moyens.

Lorsqu’on évoque le nom de Katherine Levac, nombreux sont sans doute ceux qui pensent immédiatement à Paige Beaulieu, un délicieux personnage de l’émission SNL Québec qui parlait avec un accent franco-ontarien et qui se démarquait par sa candeur excessive. Aujourd’hui, le fameux personnage est davantage un souvenir sympathique qu’un objet de création pour l’humoriste.

« Je ne suis pas concentrée sur lui. C’est sûr que je pourrais le ramener et je ne suis pas fermée à cette idée-là. Mais il faudrait que ça soit dans un contexte propice, par exemple dans un sketch pour une émission de télé. Ça ne cadre pas vraiment avec ce que je fais sur scène en ce moment », explique-t-elle.

Son spectacle Velours présente en effet une Katherine Levac sans artifice. Difficile de départager le vrai du faux lorsque celle-ci raconte, sur scène, des événements qu’elle attribue à son enfance ou à sa vie d’adulte. N’empêche, en l’écoutant, on a le sentiment que l’artiste est une vieille amie qui se confie gentiment à nous. On rit beaucoup, mais on est aussi touché par ses histoires, ses états d’âme et son humanité.

« Sur scène, je suis juste moi-même. On ne décide pas un jour qu’on a un style. On doit assumer qui on est. En même temps, tout est calculé en humour parce que faire rire, c’est quelque chose de très sérieux dans un sens. Plus ça semble naturel et plus il y a du travail derrière. Un mot de trop ou une pause au mauvais endroit et ça ne marche pas », explique Katherine Levac.

Et force est de constater que la recette Levac fonctionne, car Velours tourne depuis plus d’une année déjà et il sera vraisemblablement présenté encore durant un an et demi.

« Je suis contente que le public soit au rendez-vous. Quand tu crées un nouveau show, tu ne sais pas à l’avance comment ça va aller. Je ne m’attendais pas à recevoir un si bon accueil de la part des gens. »

Carte blanche

Lors du Festival Juste pour rire 2019, Katherine Levac aura par ailleurs la chance d’animer une des Soirées carte blanche, le 16 juillet. Les Denis Drolet, Rosalie Vaillancourt, Phil Roy, Sam Boisvert et Arnaud Soly dérideront le public en compagnie de la désopilante rouquine.

« Ce qui est encore plus plaisant, cette année, c’est qu’on ne nous impose plus de thème pour ces soirées, donc on est vraiment libre d’aller vers où on veut », note celle qui avait été sacrée Découverte de l’année au Gala les Olivier en 2015.

L’humoriste reconnaît que la planification et l’animation d’une Carte blanche constituent « une grosse responsabilité » pour tout artiste qui prend les commandes d’une soirée semblable. « Ce sera la première fois que j’en animerai une. Mon objectif était d’amener une belle diversité d’artistes sur scène. J’ai le goût que le public se sente bien tout comme les humoristes invités », dit-elle.

Si elle paraît être dotée d’une grande force de caractère, Katherine Levac préfère néanmoins faire preuve d’humilité lorsqu’il est question de sa Carte blanche, prévue à la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des arts, à Montréal.

« Je ne sais pas comment je serai comme animatrice. Ma seule option, c’est de faire confiance à mon public, qui n’a pas besoin de pirouette ou de feux d’artifice pour être heureux. »

Like-Moi

La défunte émission SNL Québec n’est pas la seule à avoir contribué à la mise en orbite de l’humoriste d’origine franco-ontarienne. Like-moi a également très bien servi l’artiste ces dernières années.

« C’est le fun de travailler avec Marc Brunet, qui écrit les textes de Like-moi. On sent qu’il nous aime et notre connexion avec lui est grande. De façon générale, on a une belle gang pour cette émission », révèle Katherine Levac.

En conséquence, l’artiste est contente que ce projet dure depuis près de cinq ans maintenant. Elle semble néanmoins déjà prête à encaisser le coup, advenant qu’on cesse de produire la série. « Je sais que Marc Brunet est quelqu’un qui enchaîne les projets. Je suis comme ça moi aussi », admet-elle.

Vous voulez voir?

Velours
Katherine Levac
Du 6 au 10 août, 20 h 30
Vieux Clocher de Magog
Entrée : 41 $