Jordan Officer et ses six musiciens ont livré une impressionnante performance au Sherblue & Folk jeudi soir.

Jordan Officer déchaîne ses rythmes

Rares sont les artistes qui savent danser, chanter et jouer d’un instrument comme Jordan Officer l’a fait jeudi dans le cadre du Sherblues & Folk. Dans l’intimité de la Place Nikitotek, le Montréalais et ses six musiciens ont mis le feu à la scène. Difficile de ne pas tomber sous le charme des solos de guitare suaves qui ont coupé le souffle des spectateurs.

Dès les premières notes de Hang ‘Em High entamé par les musiciens, les spectateurs se questionnent des yeux à savoir où est Jordan Officer? L’artiste ne se fait pas attendre trop longtemps avec une entrée remarquée, soulageant ses admirateurs.

Bien qu’il ne soit pas le plus bavard avec la foule, il réussit à amuser les gens avec de petits regards complices et en arrivant à jouer de la guitare alors que celle-ci se trouve derrière sa tête.

À plusieurs reprises, Jordan Officer cède la scène à ses musiciens qui, à leur tour, exécutent des solos impressionnants. Impossible de ne pas mentionner la performance du trompettiste Ricardo Lafontaine, qui s’est pratiquement époumoné lors de Found it all.

L’auteur-compositeur-interprète n’a pas hésité à déchaîner son rythme en dansant sur Shot of Rhythm and Blues. À s’y méprendre avec Elvis Presley.

Serge Chabot n’en était pas à son premier spectacle de Jordan Officer. Celui qui portait fièrement le chandail du Sherblues & Folk de l’édition 1999 a affirmé qu’il suivait l’artiste depuis sa collaboration avec Susie Arioli.

Pour Carole et Monique Beaulieu, c’était un soir de première. « Il est tellement énergique! Je ne suis pas déçue! Avec le groupe de musiciens, ça ajoute une tout autre dynamique », affirme Carole Beaulieu, visiblement impressionnée par la prestance des artistes.

Ce n’est pas les quelques chaises vides qui ont empêché l’artiste accompli et ses musiciens de livrer une performance marquante. Un spectacle qui aura valu le détour et que plusieurs auront manqué.

Une deuxième soirée plus conviviale

Alors que Charlotte Cardin a battu un record de foule mercredi, la soirée de jeudi était beaucoup plus conviviale. C’était l’occasion de se promener sur la Well pour découvrir Raphael Dénommé au café Bla-Bla pour ensuite assister au spectacle de Ben Racine Band, qui a donné l’envie à un couple de pratiquer le swing, la danse typique des années 20.

Entre deux ruelles, à la Halte des pionniers, le groupe Les Bleus Pelouse éveille la curiosité de plusieurs passants qui s’arrêtent pour écouter les quatre musiciens jouer de vieux classiques des années 20. Les enfants regardent drôlement la musicienne jouer de sa scie musicale qui émet des sons ludiques.

À ne pas manquer

Le Sherblues & Folk s’étendra jusqu’au 11 juillet dans sa forme « off-festival ». Pour clore les festivités, les Sherbrookois auront droit à une prestation de nul autre que Fantastic Negrito, récipiendaire d’un Grammy. Vendredi, plusieurs artistes d’envergures, tels que Jeffrey Piton, l’orchestre multi culturel Pink Martini, Dominique Fils-Aimé, Colin Moore, Carl Tremblay et plusieurs autres, permettront à Sherbrooke de garder le rythme. Quelques spectacles sont payants. Pour plus d’informations : sherblues.ca.