Le jeune Jacob Hamel a demandé aux élus municipaux de lui accorder un permis pour devenir magicien de rue à Sherbrooke malgré ses 11 ans. —

Jacob devant le conseil pour devenir magicien de rue

Jacob Hamel, un jeune Sherbrookois de 11 ans, rêve de devenir magicien de rue à Sherbrooke, comme il le fait dans le Vieux-Québec devant les touristes.

Ce membre du Club de magie du Québec et détendeur d’un permis d’amuseur public à Québec s’est présenté récemment devant les membres du conseil municipal de Sherbrooke pour faire sa demande de permis.

Il leur a même réalisé un tour de magie pour prouver le sérieux de sa démarche.

« Mon intervention m’a permis d’obtenir le droit de faire de la magie de rue dans Sherbrooke, alors que le règlement de la Ville me l’interdisait jusqu’à maintenant, à cause de mon âge », a-t-il réagi après son intervention.

« Je suis fier d’avoir exercé mon ‘‘pouvoir’’ pour faire changer les choses! »

Selon son père Jean-François Hamel, la demande de permis a été faite à la Ville et le dossier chemine. On a bon espoir de le recevoir avant le début de la haute saison touristique à Sherbrooke. On pourrait alors assister aux tours de magie du jeune Jacob prochainement.

« Jacob peut le faire dans les rues de Québec, mais pas dans celle de sa ville », explique M. Hamel, joint par La Tribune.

« Il semblait y avoir un problème en raison de son âge. »

Son fils, qui rêve de devenir magicien comme son idole Luc Langevin, a toujours été déterminé, souligne-t-il. « C’était impressionnant de le voir devant le conseil plaider sa cause, dit-il. Avec ce qu’il a vécu à Québec, il sait ce qu’il veut et ce qu’il ne veut pas. Mon gars veut faire changer les choses. »

« Il a toujours eu un parcours particulier. Il a fait l’école à la maison. L’an prochain, il veut aller à l’école La Montée pour pouvoir suivre des cours d’arts de la scène. Il joue de la guitare et veut intégrer de la musique dans ses tours de magie. Il parle français, anglais et un peu l’espagnol. »

Jacob, qui s’adonne à la magie depuis trois ans, veut justement pouvoir se donner en spectacle dans des endroits passants à Sherbrooke. Il apprécie la proximité avec le public. « Les gens veulent souvent s’approcher pour tenter de découvrir mes trucs. Mais ils ne peuvent pas… », lance-t-il.

Le jeune homme, qui fait sa promotion sur le web, a participé à des concours et des festivals de magie. Il a rencontré des illusionnistes réputés, dont Luc Langevin. « Je veux faire comme lui et faire carrière en magie », commente-t-il déterminé.

On pourra le voir en action lors des activités de la fête du Canada à Sherbrooke, ajoute-t-il.

Moins de 14 ans

Le conseiller municipal Paul Gingues a soutenu sa cause. Selon lui, la demande permis a été faite et il devrait être délivré prochainement. « C’est dans la machine », confirme-t-il.

L’ancien règlement limitait à 14 ans l’âge minimal pour être amuseur de rue à Sherbrooke. Maintenant, on peut le faire si on a en bas de 14 ans, mais il faut être accompagné d’un adulte. »

M. Gingues dit avoir été impressionné par le jeune illusionniste. Il l’avait invité à se présenter au conseil. « Il a même fait un numéro de magie! Ça a mis des sourires dans les visages des gens présents. »

« Il est tellement jeune et tellement bon. »

La démarche s’accompagne par un élargissement du nombre d’endroits où les amuseurs de rue pourront se produire en ville, note M. Gingues, président du Comité de la culture au conseil. Les astres s’alignent », dit-il.

« Des endroits vont être ajoutés sur la rue Wellington notamment, ce qui va bien avec les efforts actuels de revitalisation du centre-ville. »