Madeleine Audette

Ils ont marqué la culture régionale...

Plusieurs hommes et femmes ayant marqué l’univers des arts, de la culture et des communications en Estrie et dans les Bois-Francs nous ont dit au revoir en 2018. En voici quelques-uns.

Yvon Rousseau

Yvon Rousseau

L’ancien journaliste de La Tribune est décédé le 21 janvier, à l’âge de 82 ans. Celui qui avait débuté sa carrière en 1960 par la couverture des nouvelles municipales et scolaires s’est surtout fait remarquer comme président du syndicat des employés, de 1974 à 1987, notamment lors du lock-out de 1982, à la fin duquel les conditions de travail des journalistes s’étaient grandement améliorées. Ferme militant, Yvon Rousseau s’était dépêché, après sa retraite en 1995, de s’engager au sein de l’Association québécoise pour la défense des droits des retraités (AQDR).

Madeleine Audette

Minée par des problèmes de santé qui l’empêchaient de créer, la peintre magogoise de 92 ans Madeleine Audette s’est éteinte le 27 janvier 2018. L’artiste multidisciplinaire a toutefois eu le temps de voir son œuvre saluée lors d’une exposition rétrospective de ses 50 ans de métier, qui lui avait été consacrée en 2017 à la Maison des arts et de la culture de Brompton, et dans un court métrage de Jean-Benoît Baron, S’inventer la vie qu’on veut, toujours en ligne sur YouTube et en lice également au Festival Cinéma du monde de Sherbrooke 2018.

Huguette Beaudoin-Dubois

Grande mécène tout comme son mari Roger Dubois, président du Groupe Canimex, Huguette Beaudoin a été emportée par un cancer le 31 mars, à 78 ans. Mère de la pianiste Anne-Marie Dubois, cette amante de la musique et son époux soutiennent l’Orchestre symphonique de Sherbrooke depuis plus de 15 ans, mais plusieurs autres orchestres et ensembles ont bénéficié de leur générosité. La réserve d’instruments de musique des Beaudoin-Dubois surpasse d’ailleurs celle du Conseil des arts du Canada. Le couple de philanthropes avait reçu les grands honneurs lors du souper-bénéfice de l’OSS l’an dernier et remporté le prix Symphonie 2017.

Bertha Benitez

Bertha Benitez

C’est une des étoiles du Festival des traditions du monde de Sherbrooke qui nous a quittés le 23 avril, à la suite d’un cancer. Bertha Benitez n’avait que 57 ans, mais elle a laissé dans son sillage un événement en très grande forme. Vénézuélienne d’origine, elle s’est engagée dans l’organisation dès ses balbutiements, au départ comme bénévole, jusqu’à devenir coordonnatrice de la programmation. Elle s’était retirée en 2012 pour prendre soin de sa santé.

Claude Lafleur

Le peintre et cofondateur, avec Thérèse Lecomte, de la Galerie d’art de l’Université de Sherbrooke a rendu l’âme le 7 mai à l’âge de 85 ans, à Montréal, sa ville d’origine, où il était retourné vivre en 2005. Ce diplômé de l’École des beaux-arts de Montréal est venu s’établir en Estrie dès 1960. Il cofondera la galerie d’art en 1964, en plus de la diriger pendant une décennie, avant de devenir professeur au département de graphisme du Collège de Sherbrooke pendant 23 ans. Claude Lafleur fut également le premier secrétaire-trésorier du RACE (Regroupement des artistes des Cantons de l’Est), puis son président pendant deux ans, de même que lauréat du Prix d’excellence (carrière) de la ville de Sherbrooke en 1994.

Antoine Sirois

Antoine Sirois

Sherbrooke a perdu son Monsieur Culture le 4 août dernier, lorsque Antoine Sirois s’est envolé pour d’autres cieux, à l’âge de 92 ans. Les réalisations de l’homme d’Église sont trop nombreuses pour être toutes énumérées, mais c’est lui qui a convaincu Mgr Maurice O’Bready de construire, en 1964, une véritable salle de spectacles sur la colline universitaire. À la même époque, il achètera les premières pièces de la collection d’œuvres d’art de l’établissement. Diplômé de la Sorbonne, professeur de littérature adoré, ce bâtisseur fut aussi un essayiste chevronné et a signé plusieurs ouvrages sur l’histoire culturelle régionale.