La Sherbrookoise Huguette O'Neil n'a jamais rencontré Réjean Ducharme.

Huguette O'Neil: raconter le mystère Ducharme

La Sherbrookoise Huguette O'Neil n'a jamais rencontré Réjean Ducharme. Elle le connaît quand même beaucoup. C'est que l'auteure et ancienne journaliste a passé près de dix ans à éplucher tout ce qui s'était écrit sur le père de L'Avalée des avalées. « Des boîtes de documents », résume celle qui, en 2016, publiait le fruit de ses recherches et lectures plurielles : Vivre caché. Réjean Ducharme, écrivain génial (aux éditions Formatexte).
« Je voulais signer un essai biographique qui permettrait de cerner l'homme et son oeuvre », explique Mme O'Neil.
La plaquette de 160 pages met en lumière le personnage mystérieux qu'était l'écrivain, décédé dans la nuit de lundi à mardi. Publié par la prestigieuse maison Gallimard, le romancier s'est tenu loin des caméras et des médias pendant toute sa vie. Il ne s'intéressait pas à ce qui s'écrivait sur lui et il n'a pas fait exception pour le livre d'Huguette O'Neil.
« C'était un homme catégorique dans ses convictions. Je le lui ai fait parvenir, on m'a répondu qu'il ne le lirait pas. »
D'autres lecteurs plongent le nez dans le bouquin, qui rayonne ici et ailleurs. « J'étais étonnée de l'apprendre : des universités américaines ont commandé mon livre. On oublie qu'elles ont des départements d'études françaises. »
Il y a beaucoup à retenir de l'oeuvre de Ducharme. « Il n'écrivait pas en joual, mais en français québécois. Il a su montrer que nous, les Québécois, nous avions une littérature de grande classe et de haut niveau, une littérature innovante et originale. C'est un bel héritage », note Mme O'Neil.