Alexandre Belliard

Globe-trotteurde la francophonie

Voilà plus d'un an qu'Alexandre Belliard voyage sur la planète francophone. De la Nouvelle-Écosse au Yukon, en faisant un détour par la perle des Antilles, l'auteur-compositeur-interprète d'Ulverton trotte en n'ayant qu'une envie, celle de mettre en chansons l'histoire des francophones d'Amérique.
Sinon, qui raconterait l'histoire d'Émilie Fortin, première femme blanche à avoir franchi le col Chilkoot, en pleine ruée vers l'or? Qui s'inspirerait des mots de la poétesse haïtienne Marie-Thérèse Hall avant de gratter sa guitare?
« Haïti a été la première république noire, en 1804. Ce n'est pas rien. J'ai lu beaucoup de littérature là-bas. J'y chantais aussi le Québec. Le créole est un peu ce que le français est au Canada, une langue qui était parfois regardée de haut », mentionne celui qui revient de l'île-mère de Dany Laferrière.
Il n'y a pas que l'histoire haïtienne qui l'a marqué. La fierté des jeunes Haïtiens a elle aussi laissé sa trace. « Les jeunes sont non seulement très allumés, mais ils sont empreints d'une grande connaissance de leur histoire. Ils aiment vraiment leur pays », affirme-t-il.
La fierté est d'ailleurs ce qui caractérise peut-être le mieux l'Amérique francophone, selon cet observateur bourlingueur. « Les francophones sont minoritaires partout. Il y a un état d'effervescence, une certaine résistance parce qu'ils n'ont pas le choix d'être dynamiques, sinon ils vont disparaître », fait comprendre Alexandre Belliard.
Il se souvient d'un homme, dans la ville de Saint-Louis au Missouri, qui avait installé une pancarte : « On est encore icitte. »
« C'est tout ce bagage d'une Amérique qui aurait pu être francophone », juge-t-il.
Un automne chargé
Durant la prochaine année, Alexandre Belliard traînera sa guitare jusqu'au Brésil et dans l'est du pays. Mais il compte aussi poser ses bagages plus souvent à Ulverton, où il habite.
C'est que l'automne sera chargé pour lui. Une bande dessinée inspirée de ses chansons verra le jour grâce à la collaboration du bédéiste Vincent Partel et de l'historien Gilles Laporte. Le tome IV de Légendes d'un peuple fera également sa sortie. « On a un gros projet avec Légendes d'un peuple et Spectra. C'est tout ce que je peux dire pour l'instant, mais disons que c'est un grand rêve que je réalise cet automne », laisse-t-il échapper, mystérieux.