De gauche à droite se trouvent Audrey Nadeau, Isabelle Gosselin, Nathalie Morel, Marie-Anne Catry, Bertrand Gosselin, Benoît Converset et Bernard Riche.

Gens de chez nous et de partout

À la veille de la Semaine de l’action bénévole et à l’approche du lancement d’une politique culturelle à Stoke, l’artiste Marie-Anne Catry présentera le fruit de son labeur réalisé tout au long de la dernière année. Son rassembleur projet servira de signature culturelle pour la municipalité tout en soulignant l’engagement des gens de sa communauté d’adoption.

Un clip et la version revisitée de sa chanson Les gens de chez nous seront dévoilés ce vendredi 13 avril au Centre communautaire de Stoke, lors d’une soirée de reconnaissance des bénévoles et de présentation du plan stratégique en développement durable 2018-2038 de la municipalité.

« J’ai pu compter sur l’appui du comité culturel de la municipalité pour la réalisation du projet. Il est important pour moi de défendre les artistes dans une communauté. Je suis convaincue que la culture anime l’âme d’un village. Avec mon regard d’immigrante, j’ai une vision globale du village », affirme l’artiste d’origine belge.

Plus d’une quarantaine de participants se sont rassemblés pour s’approprier cette chanson et ainsi mettre leurs couleurs dans le portrait culturel de la région. « Je sentais que cette chanson plaisait aux gens de tous horizons. Les participants sont âgés de 5 à 80 ans et je vois qu’ils sont fiers de participer au projet et de laisser un héritage à leur communauté », explique Marie-Anne Catry, qui a obtenu le prix Excellence Culture-Estrie en novembre dernier.

Les gens de chez nous parle des citoyens de Stoke certes, mais des gens de partout également. « La chanson a un côté très rassembleur, qui peut s’adresser à tous les citoyens du monde. C’est un genre de We Are the World : toutes les quatre secondes, un interprète relaie l’autre. Ils sont soutenus par des choristes, huit musiciens et deux danseuses », précise l’auteure-compositrice-interprète, en ajoutant que sa famille, dont son conjoint Bertrand Gosselin, participe aussi au projet.

Selon l’auteure, la chanson atteint un point important au deuxième couplet. « L’essence du message se révèle lorsqu’il est dit qu’il faut toutes sortes de gens pour bâtir son histoire, des points de vue différents qui rafraîchissent le terroir et qu’il faut toutes sortes de gens d’ici et d’autres part pour renouveler son cœur et son regard. »

La réalisation du vidéoclip a été confiée aux Productions Hors piste de Racine. Il sera possible de le visionner dès le 14 avril en se rendant au stoke.ca.