La Galerie de la Promenade, dans les condos commerciaux de la Promenade Papineau, à Lac-Mégantic, accueille jusqu’au 3 septembre les œuvres de six artistes passionnés de la région de Lac-Mégantic, de tous les âges et de différentes techniques artistiques. L’équipe des six a une leader, Diane Boulet, au centre de la photo, bien entourée de Louise Latulipe, la chanteuse Marie Onile, Charles Rodrigue, Maryse Boucher et AZA.

Galerie éphémère à Lac-Mégantic : six âmes réunies le temps d'un été

LAC-MÉGANTIC — C’est comme si le tout Lac-Mégantic s’était donné rendez-vous au vernissage de la Galerie de la Promenade, parce qu’il s’agit avant tout de quelque chose de nouveau, installé dans un local vacant des condos commerciaux de la Promenade Papineau, dans le nouveau centre-ville. Une galerie éphémère qui ne sera là qu’une partie de l’été, jusqu’au 3 septembre.

Mais aussi parce que le projet réunit six artistes passionnés, qui croient fermement en leurs moyens, connus de tous dans la petite ville, et que de les voir ensemble se révéler par leurs œuvres s’avère réconfortant, eux qui remplissent le local du 5530, Papineau. Que de fois au cours du vernissage pouvait-on entendre les exclamations : « Comme c’est beau! », « Wow! », « Comment as-tu fait ça? »

Une partie de la réponse est surtout venue de la leader de cette équipe, Diane Boulet, la responsable du projet d’un été seulement : « On étale nos tripes sur le mur! », a confié au journaliste, dans son franc-parler, cette passionnée de longue date qui l’a prouvé dans moult activités à son crédit, comme artiste peintre, depuis plus de 25 ans.

« Notre groupe d’artistes veut présenter plus tangiblement ce qu’on fait, les coups de cœur de six artistes pour tout le monde. C’est du pur bonheur. Comme le demande la chanson Il est où le bonheur? C’est ici ce soir, du pur plaisir… On se met à vif, face à la critique. Notre senti, quand on crée, on ne sait pas comment les gens vont réagir. Les gens voient des choses dans ce qu’on fait que nous, on ne voit peut-être pas. Mais au bout du compte, c’est du bonheur. »

Elle a toujours des projets et elle fait remarquer qu’elle a toujours eu l’appui de son mari, André Tanguay, qui est devenu, à la longue, son gérant. « Quand nous allons aux États-Unis pour mes affaires, c’est lui qui parle anglais et qui négocie. Je veux le remercier sincèrement et publiquement… »

Charles Rodrigue, le seul homme du groupe, utilise trois « matériaux » pour fignoler ses toiles : du ciment à joints, utile dans le domaine de la construction, de la peinture acrylique, et de la cire d’abeille, en bâtons pigmentés, pré-colorés. « J’aime les textures que cela produit, les trois ensemble. La cire d’abeille, en art, c’est vieux comme le monde, c’est la technique de l’encaustique, qui servait pour les portraits réalisés durant l’Antiquité! », explique-t-il.

Sa fille Marie Onile, chanteuse chouchou de Lac-Mégantic, y présente sa collection de bijoux, intitulée comme son premier album, Morceaux de verre. « J’ai toujours aimé ramasser des morceaux de verre sur la plage, en vacances à la mer, pour leur beauté, pour la joie de nettoyer l’océan et la plage. Je les trouvais magnifiques, chacun avait un peu d’histoire, un mystère. C’est vite devenu une passion. »

Elle apporte maintenant cette collection de bijoux, combinant macramé, morceaux de verre et pierres précieuses, sur les lieux de ses spectacles, qu’elle offre et vend au public. Elle s’apprête à lancer un deuxième album, Iris Pollués, le 26 août prochain, à la Chapelle du Rang 1, à Lac-Mégantic, à l’occasion de son spectacle. « J’ai maintenant deux passions, chanter et mes bijoux! Je veux remercier Julie Comtois, de Notre-Dame-des-Bois, auparavant de Mariposa, qu’elle a vendue et qui a fondé Nü Do, sa nouvelle entreprise. C’est elle qui m’a appris à faire des bijoux! »

On pourrait dire beaucoup de choses sur les trois autres artistes dévoués à leur art, comme la « Collection verte » de Maryse Boucher, peinte pour ce projet estival, elle qui se dit Créatrice d’émotion, dont le tableau principal a été déclencheur de quatre autres; où les tableaux de femmes de Louise Latulipe sont de plus en plus stylisés; où AZA, toujours en recherche, se fait spécialiste du galet en silicone, où sa série givrée a pour point de départ de la pâte à modeler qui donne également du relief. 


Vous voulez y aller?

Galerie de la Promenade

Jusqu’au 3 septembre

5530, rue Papineau, Lac-Mégantic

Entrée gratuite