L’événement Fête à la cour avait lieu à l’école du Soleil-Levant mardi après-midi, en collaboration avec la Compagnie de danse Axile, Labokracboom et la Musiquetterie.

Fête au royaume du Soleil-Levant

Plongée dans une atmosphère festive et musicale, l’école du Soleil-Levant a reculé de quelques siècles le temps d’un après-midi, mardi, alors que les élèves ont célébré la fin de l’année scolaire avec un thème médiéval.

Les enfants et leurs enseignants ont présenté des numéros comprenant chant, danse, jonglerie et éléments théâtraux à saveur médiévale, le tout avec artistes invités, devant les familles venues assister à cet événement intitulé Fête à la cour.

Danièle Charest, directrice de l’École du Soleil-Levant, ainsi que Liette Ruel, enseignante de 3e et 4e année et agente culturelle à l’école du Soleil-Levant, expliquent que l’année scolaire s’était entièrement déroulée sous le thème Au royaume du Soleil-Levant. Il y avait donc eu un premier spectacle présenté aux enfants en début d’année, suivi durant l’année de divers ateliers pour que les jeunes puissent expérimenter les différentes disciplines et préparer leur spectacle. Le thème a par ailleurs servi au développement des « valeurs chevaleresques », telles que la maîtrise de soi, la bienveillance, le courage et la persévérance.

Le projet était réalisé en collaboration avec trois organismes culturels sherbrookois, soit la Compagnie de danse Axile, LaboKracBoom et la Musiquetterie, qui proposent ensemble ce concept clé en main de célébration médiévale dans les écoles depuis deux ans.

À l’origine, c’est André Simoneau de la Musiquetterie qui s’était fait approcher par une école parce qu’il fabriquait plusieurs médiévaux et savait en jouer. Celui-ci s’est alors entouré d’autres collaborateurs, incluant Bruno Gagnon de LaboKracBoom, Liliane St-Arnaud de la Compagnie de danse Axile et Maude Fréchette-Gagné de la Musiquetterie, afin de créer Fête à la cour.

« C’est un projet très rassembleur! Les enfants développent une appartenance à leur école, ils préparent quelque chose pour la fin d’année, ils font des recherches, trouvent leur étendard... Et ils trouvent qui ils sont comme individus et comme groupe », indique M. Simoneau.

La directrice de l’école croit aussi que le projet a été un succès auprès des élèves : « Je pense qu’ils ont beaucoup apprécié, comme on peut le voir dans leurs sourires lors de la prestation! »

« J’ai beaucoup aimé cette activité. J’ai trouvé que le spectacle était beau et j’ai beaucoup aimé la danse et le chant! », a d’ailleurs confirmé Juliette à La Tribune à la fin du spectacle, du haut de ses « neuf ans et trois quarts ».