Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Nicolas Zemmour lors de la première édition du Festival de danse servi au volant, en août dernier, à l’Université de Sherbrooke.
Nicolas Zemmour lors de la première édition du Festival de danse servi au volant, en août dernier, à l’Université de Sherbrooke.

Festival de danse servi au volant… en hiver!

Andréanne Beaudry
Andréanne Beaudry
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Disons que ce n’est pas la température sous zéro ni la neige qui freinent le danseur et chorégraphe Nicolas Zemmour dans ses différents projets au cœur de sa ville d’adoption. Du 27 mars au 3 avril, les Sherbrookois devraient donc pouvoir assister à une version hivernale du Festival de danse servi au volant, aux stationnements K2 et K3 du Centre culturel de l’Université de Sherbrooke.

« Ça va être du gros délire », exprime avec beaucoup d’enthousiasme l’organisateur.

Cette fois-ci, les artistes danseront sous une grande tente transparente avec chauffage. Les installations permettront également à l’équipe du ZemmourBallet Sherbrooke d’accrocher des lampes de scène pour éclairer les danseurs.

« Les gens dans leur voiture deviendront plus "spectateurs" que l’été dernier, mais ils ne pourront pas allumer leurs phares et participer au spectacle cette fois-ci, car il risque d’y avoir un reflet, ce qu’on n’avait pas avec une scène ouverte. »

Tout comme la première édition, les gens du public devront allumer la radio de leur véhicule pour écouter la trame sonore diffusée sur les ondes de la radio universitaire CFAK 88,3.

« [Pour les artistes], on a résolu le problème du froid avec la tente », explique Nicolas Zemmour, qui ne cache pas que ces ajouts engendrent des coûts supplémentaires.

À la recherche de financement

Plusieurs partenaires accompagnent Nicolas Zemmour dans ce projet, dont l’UdeS, le Centre culturel, CFAK 88,3 et le Centre des arts de la scène Jean-Besré (CASJB). Le ZemmourBallet Sherbrooke est toutefois à la recherche d’autres fonds pour le financement de cet événement culturel. À la suite de quelques demandes de subventions infructueuses, Nicolas Zemmour se tourne vers la philanthropie et le parrainage.

« On aimerait plutôt compter sur les gens de Sherbrooke », insiste le danseur et chorégraphe d’origine marseillaise.

Les Sherbrookois peuvent donc contribuer de trois manières différentes sur le site web de ZemmourBallet Sherbrooke grâce aux volets suivants : Parrainez un(e) artiste, Philanthropie Entreprise ou Philanthropie Particulier.

Nicolas Zemmour estime que l’option de parrainage est intéressante, car elle favorise la relation entre le spectateur et l’artiste. « L’argent va directement dans les poches de l’artiste. »

Les artistes souhaitant offrir un solo de dix minutes lors de cet événement peuvent envoyer leur candidature jusqu’au 20 janvier inclusivement. Des auditions suivront. « C’est ouvert à tous les danseurs du Québec », précise Nicolas Zemmour.

La programmation officielle sera dévoilée au début du mois de mars. À compter de 20 h, pendant huit jours consécutifs, différents danseurs présenteront leur solo (trois par soir) sur la scène extérieure du stationnement de l’UdeS. Une soirée de clôture ZemmourBallet est également prévue dans le cadre de cet événement en plein air.