Guillaume Lemay-Thivierge partage la scène avec sa fille et sa blonde Émily Bégin qu’on reconnaît à gauche dans cette scène.

Fais-toi une belle vie: virée au chalet

Guillaume Lemay-Thivierge débarque en famille à Gatineau pour présenter en première mondiale Fais-toi une belle vie. La pièce originale mise en scène par Yves Desgagnés, met en vedette, entre autres, Guillaume Lemay Thivierge, sa blonde Émily Bégin et... sa fille Charlie. Pour compléter la distribution : François Chénier, également auteur de la pièce, et Sandrine Bisson.

Fais-toi une belle vie, c’est l’histoire de Mike, campé par Lemay-Thivierge, en plein épuisement professionnel. Pour l’aider à s’en sortir, ses amis ont la bonne idée de le convaincre d’acheter un chalet à quatre. Fais-toi une belle vie, vous avez dit? « Ça va être une descente aux enfers pour Mike », lance le comédien. Ils ont beau être amis, ils ont tous leurs travers et cette belle idée de la mise au vert thérapeutique va tourner au vinaigre. « On a la control-freak (Sandrine Bisson), la névrosée (Émily Bégin), l’inconscient (François Chénier) et le dépressif. Un bon mix pour passer un bel été », remarque Guillaume Lemay-Thivierge, un brin sarcastique.

Si jusqu’ici l’idée n’a rien d’original, la présence de Charlie Lemay-Thivierge apporte un petit quelque chose à la pièce. La fille du comédien, qui fait d’ailleurs ses premières armes sur les planches, est la narratrice. « Elle raconte au public l’été qu’elle a filmé avec son iPhone. On comprend que ce qu’on voit de la pièce, c’est ce qu’elle a filmé », explique le comédien, aussi producteur de la création théâtrale.

Sur scène en famille

Si on avait déjà vu père et fille face à face dans Ruptures, c’est la première fois qu’ils se retrouvent côte à côte sur scène. Un désir que Guillaume Lemay-Thivierge avait exprimé à François Chénier. Une expérience qui rend le père-comédien heureux, même s’il ne peut s’empêcher de donner des conseils à sa fille. Les conseils d’un père bienveillant à une jeune comédienne qui endosse « probablement le rôle le plus important de la pièce ». 

« Elle parle régulièrement et ce ne sont pas des échanges, mais des monologues, dit-il. [...] Je suis un père contrôlant, pas dans la vie, mais comme acteur. Et là, j’ai une jeune actrice devant moi, alors j’ai tendance à lui dire : « Parle plus fort ma chérie, faut qu’on t’entende ». Mais je me fais remettre à ma place par le metteur en scène [Yves Desgagnés], et c’est parfait comme ça. »

Le comédien joue également pour la première fois avec sa blonde, Émily Bégin. « Elle fait un anti-casting. Elle me fait rire. On joue le couple qu’on n’est pas dans la vie, un couple qui n’est pas harmonieux et qui ne va pas bien », précise Guillaume Lemay-Thivierge. 

Des personnages qui permettent au couple de passer ses frustrations, en quelque sorte. « Je lui crie après et elle aussi. Et on a du plaisir à faire ça. C’est peut-être thérapeutique et c’est tant mieux », avoue-t-il.

Fais-toi une belle vie a déjà été présentée à Gatineau et au Saguenay. Après Victoriaville, ce sera au tour de Bromont d’accueillir la production, qui poursuivra ensuite sa tournée jusqu’à l’hiver 2019, à travers tout le Québec. Elle s’arrêtera d’ailleurs au Centre culturel de Sherbrooke le 3 avril 2019. Guillaume Lemay-Thivierge, qui espérait 100 à 150 représentations de la pièce, se réjouit. « Je suis en train de friser le 200 », lance-t-il, avant d’ajouter que la pièce pourrait tourner trois ans.

Le comédien et producteur se met aussi à espérer que la pièce devienne un classique. « Il y a des pièces qu’on veut revisiter. Et j’aimerais qu’elle fasse partie des pièces québécoises que des étudiants auront envie de remonter. Les personnages sont tellement riches et réels, c’est intemporel ».