Les juges Marie-Ève Riverin, directrice vocale et responsable de la distribution de Starmania, et Pierre Doré, directeur artistique et metteur en scène de Starmania, ont été impressionnés par la qualité des jeunes chanteurs venus auditionner samedi pour le rôle de l'extraterrestre.

Extraterrestre à la voix pure recherché

Quelque vingt enfants âgés de 8 à 14 ans ont tenté de gagner le cœur de l’équipe de Starmania samedi alors que se déroulaient les auditions visant à trouver « la perle rare » qui interprétera « L’air de l’extraterrestre » pour les représentations du spectacle prévues cet été à la Place Nikitotek.

À tour de rôle, les enfants franchissaient les portes de la salle d’audition pour livrer leur interprétation de cette pièce qui conclut le concert-hommage à l’œuvre de Michel Berger et Luc Plamondon. En attendant, ils placotaient sagement avec leurs parents, ne démontrant aucun signe de nervosité.

« Moi ça ne m’énerve pas les auditions. J’aime ça chanter devant des gens », admettait candidement Marc-Olivier Bergeron.

« Je ne connaissais pas la chanson il y a une semaine, mais elle n’est pas très difficile. Je suis capable de faire tous les styles », commentait pour sa part Marie-Ève Boyer à sa sortie d’audition.

« Ça s’est bien passé devant les juges. J’étais pas vraiment nerveuse », affirmait quant à elle la petite Julia-Rose Maron.

Rencontrés entre deux prestations, les juges Marie-Ève Riverin, directrice vocale et responsable de la distribution, et Pierre Doré, directeur artistique et metteur en scène, se réjouissaient du calibre des jeunes chanteurs et chanteuses.

« On est sous le charme de toutes ces belles voix jeunes et pures! Ils sont un peu nerveux, mais c’est toujours impressionnant de faire une audition. On est vraiment satisfait puisque les enfants arrivent bien préparés », commentait Mme Riverin, qui interprète également Marie-Jeanne dans la production.

L’été passé, L’air de l’extraterrestre était interprété par Krystel Mongeau.

« On n’avait pas eu le temps de faire des auditions pour trouver un enfant puisqu’on préparait cette nouvelle production, explique M. Doré. Mais cette année on est revenu avec la même idée de confier cette chanson à un tout petit. L’air de l’extraterrestre est une chanson importante puisque c’est un peu la finale du spectacle et ce qui peut donner une nuance extraordinaire à cette chanson magistrale c’est justement de la faire interpréter par un tout petit être, un enfant. On cherche une voix pure d’enfant pour donner une autre dimension à la chanson qui livre un message de paix. »

Jouer et s'éclater

Forte de son expérience avec d’autres enfants sur d’autres productions, l’équipe de Starmania sait qu’il faut s’ajuster lorsque l’on inclut des plus jeunes dans une production.

« Le secret c’est qu’il faut que ça demeure un jeu pour l’enfant. Il ne faut pas lui faire vivre cette expérience avec trop de pression. Il doit s’éclater et c’est comme ça qu’il va livrer la musique », soulignait celui qui enfile également les habits du personnage Zéro Janvier pour le spectacle.

« Il faut garder ça l’fun et pas compliqué. C’est comme si l’enfant était entouré de mononcle et de matante sur scène », rajoute Marie-Ève Riverin en rigolant.

« Déjà qu’ils arrivent préparés pour une chanson qu’ils ne connaissaient pas du tout il y a quelques jours et qu’ils soient capables de nous la livrer, c’est prometteur pour un bel été », termine la chanteuse.

Le nom de l’enfant choisi pour jouer l’extraterrestre devrait être dévoilé d’ici deux semaines.

Québec Issime chante Starmania sera présenté du 10 juillet au 17 août 2019 à la Place Nikitotek.