Un an plus tard et remanié et malgré quelques contestations persistante, le spectacle Slav de Robert Lepage et Betty Bonifassi a fait salle comble à Sherbrooke.

Événements culturels de 2019 : quelques cases noircies au calendrier

L’année 2019 n’a pas été la plus mouvementée sur le plan culturel en Estrie, mais plusieurs événements ont quand même attiré l’attention au cours des douze derniers mois. En voici quelques-uns.

Un Slàv 2.0

Tous les regards étaient tournés vers Sherbrooke le soir du 16 janvier 2019, alors que le spectacle Slàv de Robert Lepage et Betty Bonifassi, annulé après seulement trois représentations en été 2018 au Théâtre du Nouveau Monde, amorçait une tournée québécoise à la salle Maurice-O’Bready. À la fin de décembre, le metteur en scène avait annoncé avoir retravaillé le spectacle, lequel avait été accusé par plusieurs membres de la communauté afrodescendante de racisme systémique, d’appropriation culturelle et de sous-représentation des minorités. Si l’homme de théâtre n’a pas cédé sur tous les terrains et que la nouvelle version n’a pas satisfait tout le monde, la prestation a été chaudement applaudie par la salle, comble pour la circonstance.

Merci Pierre!

Pierre Saint-Jacques

C’est un journaliste d’exception qui a tiré sa révérence le 22 janvier 2019. Pierre Saint-Jacques a œuvré à La Tribune pendant presque 37 ans. Essentiellement affecté aux actualités policières et judiciaires, il a aussi signé pendant plusieurs années des chroniques sous le pseudonyme Coquille, dont la plupart des lecteurs se délectaient. Respecté autant par ses pairs qu’au sein des corps de policiers et de pompiers, le journaliste a marqué son milieu par le caractère humain de ses reportages. Il s’est éteint à l’âge de 71 ans, à la Maison Aube-Lumière.

Lac-Mégantic fait plier Netflix

La plupart des Méganticois sont consternés lorsqu’ils apprennent, en janvier, que de véritables images du déraillement du 6 juillet 2013 ont été utilisées dans le film Birdbox, diffusé par Netflix et mettant en vedette Sandra Bullock.

La plupart des Méganticois sont consternés lorsqu’ils apprennent, en janvier, que de véritables images du déraillement du 6 juillet 2013 ont été utilisées dans le film Birdbox, diffusé par Netflix et mettant en vedette Sandra Bullock. Malgré une demande de la mairesse Julie Morin et de la ministre de la Culture et des Communications Nathalie Roy, Netflix refuse catégoriquement de retirer les images, présentant simplement ses excuses. Il faudra une motion adoptée à la Chambre des communes pour que le diffuseur accepte, le 14 mars suivant, d’effacer la séquence problématique et de la remplacer par d’autres images.

Charlotte Cardin remplit la Well Sud

Il fallait être arrivé tôt pour avoir la chance d’apprécier la performance de Charlotte Cardin au dernier Sherblues. Ceux qui ont pris une décision de dernière minute ont dû rebrousser chemin tant la rue Wellington était bondée.

C’est une foule monstre qui attendait Charlotte Cardin lors de l’ouverture du Sherblues & Folk, le 3 juillet. L’affluence était si grande rue Wellington Sud — une assistance record selon les organisateurs — que la voie était impénétrable à partir du Liverpool jusqu’à la scène. De nombreux spectateurs ont dû rebrousser chemin.

Rideau sur Starmania

Après une première médiatique un peu mouillée le 11 juillet — un orage a révélé plusieurs fuites dans le toit au-dessus des gradins, fuites colmatées dès le lendemain —, la deuxième et dernière saison de Starmania s’est terminée dans l’incertitude le 17 août, alors qu’on ignorait le sort de la place Nikitotek.

Après une première médiatique un peu mouillée le 11 juillet — un orage a révélé plusieurs fuites dans le toit au-dessus des gradins, fuites colmatées dès le lendemain —, la deuxième et dernière saison de Starmania s’est terminée dans l’incertitude le 17 août, alors qu’on ignorait le sort de la place Nikitotek. On apprenait à la fin d’août que la scène serait démantelée et remisée. Si le premier été de Starmania avait été le meilleur en cinq ans (soit depuis que Québec Issime a repris les rênes de la programmation) avec deux millions de retombées, les chiffres de la saison 2019 n’ont pas encore été dévoilés.

Usito devient gratuit

Hélène Cajolet-laganière, Chantal-Edith Masson et Pierre Martel ont ouvert à tous l’utilisation du dictionnaire électronique Usito.

Le 3 octobre, Usito, premier dictionnaire électronique à décrire le français standard en usage au Québec, est devenu accessible en ligne tout à fait gratuitement. Le dictionnaire créé par une équipe de l’Université de Sherbrooke joignait déjà 1,2 million d’abonnés. Sa particularité est de donner une place aux spécificités du français québécois, tout en faisant le pont avec le reste de la francophonie. Il compte 80 000 mots, plus de 5600 tableaux de conjugaison, plus de 100 000 définitions, 40 000 citations tirées d’œuvres littéraires et d’articles journalistiques, 2000 anglicismes et autres emplois critiqués et plus de 10 000 québécismes et mots caractéristiques du Canada et de l’Amérique du Nord.

Recul pour la salle intermédiaire

Il faudra encore attendre pour la salle de spectacles intermédiaire de Sherbrooke, espérée depuis des années par le milieu culturel. À cause des dépassements de coûts par rapport au budget de 8,5 millions $, la Ville a décidé en novembre de résilier le contrat avec la firme d’architectes et même d’intenter un recours judiciaire pour récupérer des sommes perdues. La Ville compte donc relancer un concours d’architecture en 2020 pour le début d’un chantier de dix mois en 2021. Les premiers spectacles sont désormais attendus pour 2022.

Le Centre d’art de Richmond veut déménager

Les administrateurs du Centre d’art de Richmond veulent déménager leur salle du couvent Mont-Saint-Patrice vers le Centre Sainte-Famille parce qu’ils sont dans l’impossibilité d’agrandir leur salle pour accueillir plus de spectateurs à l’emplacement actuel.

Rien ne va plus entre le couvent Mont-Saint-Patrice et son principal locataire, le Centre d’art de Richmond, au point où le diffuseur a annoncé, au début d’octobre, son déménagement vers le Centre Sainte-Famille dès la fin de l’actuelle saison de spectacles, après plus de 25 ans au même endroit. La nouvelle a eu l’effet d’une bombe chez les administrateurs du couvent, qui ont rappelé que l’organisation a été créée en 2015 à la demande du CAR, lequel considérait alors que le principal problème était la gestion du bâtiment. Le départ du CAR représente une perte de 20 000 $ par année pour le couvent. Le président du conseil d’administration Dominic Pearson explique que c’est l’impossibilité d’agrandir la salle pour accueillir plus de spectateurs qui a motivé le déménagement. Une pétition et une manifestation de citoyens, le 27 octobre, n’ont pas réussi à rapprocher les deux parties. Une proposition du CAR pour un loyer réduit a été refusée par le couvent.

De la grande visite...

Philippe Laguë et Dominic Paquet de À la semaine prochaine lors de leur passage au Théâtre Granada en mars dernier.

Toute l’équipe d’À la semaine prochaine prend possession du Théâtre Granada le 21 mars pour l’enregistrement de l’émission de radio. Sherbrooke passera sur le gril lors de cette soirée dont les meilleurs moments ont été diffusés le week-end suivant.

Pour une deuxième année de suite, l’équipe du Gros laboratoire de Jean-René Dufort et de Marie-Pier Élie débarque sur le campus de l’Université Bishop’s au début de juillet. La diffusion de la nouvelle saison vient de commencer à Ici Explora. 

Des départs...

Après vingt saisons, les Concerts Estria ont tiré leur révérence par une dernière prestation à North Hatley le 6 avril.

Le bistro-cinéma La Capsule a quant à lui fermé ses portes en juin, après trois ans d’activité, non par manque d’achalandage, mais surtout à cause de l’imposante tâche que cela représentait pour la propriétaire Vicky Langlois.

L’anniversaire de l’année

Les 90 ans du Théâtre Granada.