L'émeute a eu lieun à Victoriaville le 4 mai 2012.

Enquête se penche sur l'émeute de Victoriaville

La période trouble qu'on a baptisée le «printemps érable», il y a un an, a atteint un sommet de violence lors de la manifestation tenue à Victoriaville le 4 mai.
Alain Gravel
Lors de l'émeute en marge d'un congrès du Parti libéral, trois personnes ont été grièvement blessées.
Selon l'équipe de l'émission Enquête, de Radio-Canada, elles maintiennent avoir été victimes de balles de plastique (bâtons cinétiques) tirées par les policiers de la Sûreté du Québec. Le corps policier provincial a affirmé que cela était impossible.
Le reporte de la journaliste Sylvie Fournier et la réalisatrice Sonia Desmarais, présenté par Alain Gravel jeudi soir, donnent la parole à quelques étudiants.
Dominique Laliberté, étudiante à l'Université Laval, a subi de multiples fractures à la mâchoire et a encore  plusieurs chirurgies devant elle pour réparer ces dégâts; Alexandre Allard, également étudiant à Laval, a subi une fracture du crâne et on a craint pour sa vie; Maxence Valade, étudiant à l'UQAM a perdu un oeil.
En conférence de presse, le porte-parole de la Sûreté du Québec affirmait que deux de ces  blessures ont été infligées avant que ne soit donné l'ordre de tirer des bâtons cinétiques à 19 h.
Radio-Canada affirme que l'équipe d'Enquête a pu examiner de près les circonstances dans lesquelles les victimes ont été touchées.