Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Emmanuel Macron était accompagné de l’acteur français Fabrice Lucchini, un proche du couple présidentiel.
Emmanuel Macron était accompagné de l’acteur français Fabrice Lucchini, un proche du couple présidentiel.

Emmanuel Macron défend Jean de La Fontaine devant sa maison natale

Agence France-Presse
Article réservé aux abonnés
Le président français Emmanuel Macron s’est fait l’avocat jeudi du poète français du 17e siècle Jean de la Fontaine dont il arrive qu’il soit critiqué pour ses écrits par certains féministes.

«L’anachronisme n’aide jamais», a mis en garde Emmanuel Macron, devant la maison natale de La Fontaine (1621-1695), à Château-Thierry (Nord), où il s’est refusé à condamner l’auteur des célèbres Fables pour sa misogynie ou son sexisme.

«Je trouve qu’on a une capacité à être, en quelque sorte, les juges avec l’esprit contemporain d’une histoire, qui évidemment a fait son propre cheminement», a estimé le chef de l’État, interrogé sur les œuvres litigieuses du fabuliste.

«Ça veut dire que nos repères changent et que, heureusement, nous progressons», a poursuivi le chef de l’État français, en citant également Diderot ou Voltaire. «Est-ce que pour autant on ne doit plus le lire? Je pense que ce serait terrible, de la même manière qu’eux n’avaient plus les pratiques des Romains avec leurs esclaves, mais continuaient de les lire et de les vénérer comme des maîtres, en ayant progressé», a-t-il souligné.

«Ce qui est intéressant, c’est d’abord de se frotter au génie, de se frotter la cervelle et de comprendre comment aussi ce cheminement est né, parce qu’ils avaient eux-mêmes leur esprit du temps avec la bêtise du temps», a poursuivi M. Macron.

Emmanuel Macron était accompagné de l’acteur français Fabrice Lucchini, un proche du couple présidentiel.

Ce dernier a récité devant les caméras plusieurs vers de La Fontaine, notamment «L’ours et l’amateur des jardins». «Rien n’est si dangereux qu’un ignorant ami», a-t-il rappelé en récitant la conclusion de la fable, estimant que la maxime «s’appliquait à des conseillers du président de la République».