Murielle Wagner raconte pourquoi l’Espace Hortense du P’tit Bonheur de Saint-Camille a été nommé en l’honneur de sa tante. Elle et les jeunes filles qui l’entourent sont vêtues de robes tirées du costumier du P’tit Bonheur.

Donne-moi un P’tit Bo...

Depuis 30 ans, le P’tit Bonheur de Saint-Camille fait vibrer la petite communauté au rythme de la culture et des rassemblements. Au cœur du village, il fait partie de son âme et de l’identité de ses habitants.

Pour la dernière exposition en arts visuels de la 30e programmation du P’tit Bonheur, les artistes de la région ont voulu rendre hommage à ce lieu qui les a toujours accueillis à portes grandes ouvertes. Aquarellistes, sculpteurs, musiciens, photographes… Ce sont 37 créateurs au total qui ont fait leur déclaration d’amour au P’tit Bo (car oui, il a même un surnom). On découvre alors que ce dernier signifie une multitude de choses pour autant de personnes différentes : une communauté, une passerelle, un pont, une façon de découvrir autre chose de soi-même, un point de rencontre…

À ce sujet, l’artiste Madeline Deriaz explique que c’est au P’tit Bonheur qu’elle a ressenti, pour la première fois, le sentiment d’appartenance, elle qui se sentait « comme sur une autre planète » même dans son pays d’origine, la Suisse.

« Le sentiment que j’ai éprouvé était tellement fort que je me suis mise à pleurer… et je suis sortie du P’tit Bonheur pour quelques minutes, le temps de réaliser et d’intégrer ce sentiment nouveau pour moi », inscrit-elle au côté de l’œuvre qu’elle a baptisée Appartenance.

Vernissage rassembleur

Nombreux étaient ceux qui se sont rassemblés à l’occasion du vernissage de cette exposition bien spéciale. La salle était pleine à craquer.

Si la majorité des œuvres resteront sur place jusqu’à la fin du mois d’août, certains artistes ont offert des prestations exclusives pour l’occasion. C’est le cas de Murielle Wagner, qui a profité d’un moment pour raconter les raisons derrière le nom de l’Espace Hortense, nommé en l’honneur de sa tante.

« On a choisi son nom parce que ma tante était humble, elle aimait les arts et elle était ouverte d’esprit! »

Marie Tison et Denis Clément, le duo des Broches à foin, ont quant à eux fait s’esclaffer la salle, avec un numéro d’humour truffé d’anecdotes que seule la communauté des Camillois et des habitués du P’tit Bonheur pouvait pleinement saisir.

À micro ouvert

Musique et danse ont suivi avant que Fanny Tousignant, coordonnatrice du comité Hortense, invite la population à livrer spontanément son hommage au P’tit Bo dans une formule de micro ouvert.

« Depuis 30 ans, le P’tit Bonheur a les yeux et les oreilles grand ouverts, mais ce soir, c’est lui qui est assis sur nos genoux à regarder la magie. »

Vous voulez y aller?

Pour moi, le P’tit Bonheur, c’est...
Collectif 30
Espace Hortense, P’tit Bonheur de Saint-Camille
Jusqu’au 25 août
Entrée gtatuite