Dix jardins pour dix bougies

Ils ont failli rapetisser de moitié, voire complètement disparaître, lorsqu'une partie de leur financement n'a pas été renouvelée en 2015. Mais grâce aux efforts acharnés de la directrice Maude Charland-Lallier, les Jardins réinventés de la Saint-François, cet ensemble d'oeuvres d'art extérieures aménagées autour de la Maison des arts et de la culture de Brompton (MACB) pour la saison estivale, soufflent leur dixième bougie cette année.
Le député de Sherbrooke et ministre de la Culture et des Communications Luc Fortin, l'artiste Pierre Leblanc, le député de Saint-François Guy Hardy et la directrice de la MACB Maude Charland-Lallier.
Ils ont même obtenu un financement supplémentaire pour cet année anniversaire (environ 4000 $ de plus) et atteignent le chiffre magique de dix jardins, par rapport à six ou sept les années précédentes. De quoi réjouir la directrice, qui a multiplié les initiatives depuis son arrivée en octobre 2014 afin de sauver le seul laboratoire d'oeuvres in situ en région. Dans son offensive, il y a notamment eu deux campagnes de sociofinancement, fructueuses mais essoufflantes. Les contributions rehaussées des principaux partenaires en 2017, dont celles de la Ville et du député de Saint-François Guy Hardy, permettent de prendre un congé de collecte de fonds auprès du public.
«On parle d'un budget d'environ 15000 $, mais c'est un peu plus, car il faut compter la publicité, les ressources humaines, etc. Mais probablement qu'on refera des campagnes de sociofinancement dans les années à venir», mentionne Maude Charland-Lallier.
Peu importe ce qui arrivera, il y aura toujours au moins une oeuvre dans les Jardins réinventés : la MACB a effet fait l'acquisition de sa toute première oeuvre permanente, soit De vague et d'eau... à la recherche de la mer Patrie, de Pierre Leblanc. Celle-ci avait été présentée aux Jardins réinventés de 2016. Cette acquisition a été rendue possible grâce à l'intervention directe du ministre de la Culture et des Communications et député de Sherbrooke, Luc Fortin.
«J'ai découvert les Jardins réinventés l'été dernier à l'invitation de Guy Hardy. C'est là que j'ai vu l'oeuvre de M. Leblanc... et on m'a exprimé le souhait de la conserver ici. J'ai tout de suite dit oui. Il faut savoir que chaque jour que j'entre au bureau à Québec, j'ai une pensée pour M. Leblanc, car c'est une de ses oeuvres qui orne la porte du ministère de la Culture à Québec.»
«Maintenant que l'oeuvre va rester, j'ai apporté ma signature», a déclaré l'artiste d'origine madelinienne, qui a tenté, par cette sculpture autobiographique, de «statufier la mer» de son enfance et raconter le passé de sa famille de modestes pêcheurs et marins.
Mémoire éphémère
Sur le thème Mémoire éphémère, les artistes participant à ces 10es Jardins réinventés ont créé des oeuvres liées à la nature éphémère de l'événement estival, mais aussi à la mémoire physique, symbolique et historique du lieu. La MACB accueillera aussi trois expositions intérieures durant l'été, soit Mémoire ancestrale de Johanne Côté, Migrations sans frontières de Gilbert Desjardins et Souvenances du Comité du patrimoine de Bromptonville. Finalement, la programmation de Brompton en concert offrira les prestations des Gypsy Soul Band (16 juillet), El Son Sono, (21 juillet), Marianne Verville et Guajira (30 juillet), Klez-Cabaret et Watopeka (4 août). Les prestations sont prévues à midi, sauf la dernière (20 h).   
Le vernissage aura lieu le dimanche 2 juillet à 14 h.