L’artiste Roberto Pellegrinuzzi a réalisé l’œuvre Les Sentinelles, inaugurée à l’embouchure de la passerelle des Draveurs.

Des fougères géantes au lac des Nations

L’œuvre Les Sentinelles, représentant trois fougères géantes, a été inaugurée lundi à l’embouchure de la passerelle des Draveurs, près du lac des Nations. La sculpture imaginée par Roberto Pellegrinuzzi, qui a nécessité un investissement de 101 500 $, s’ajoute aux 14 tableaux du Circuit art et mosaïques.

Concrètement, l’œuvre est composée de trois tiges en acier inoxydable d’une hauteur variant de 4,9 m à 6,1 m. Elle est entourée d’un aménagement horticole. Le fini miroir permet à l’œuvre de se fondre au paysage en reflétant l’environnement avoisinant. On y trouve aussi un écho aux plans d’eau et rivières du territoire sherbrookois. 

L’artiste Roberto Pellegrinuzzi, qui a réalisé une dizaine d’œuvres d’art public au Québec, rapporte avoir conçu ce projet en pensant aux citoyens de Sherbrooke. « Je voulais faire une œuvre accessible, rassembleuse et universelle. Elle est témoin de l’histoire du site. [...] Je suis très fier. Il ne fallait pas que je manque mon coup, mais à la lumière des commentaires que j’ai eus, je suis très heureux. »

Il avance qu’il reviendra sûrement voir sa sculpture pour voir à quel point les citoyens se l’approprient.

Le président du comité de la culture, Paul Gingues, agissait également à titre de maire suppléant. « Il y a eu un concours en 2017. Quand je suis arrivé, il restait trois œuvres parmi lesquelles choisir. J’aimais beaucoup le caractère évolutif, alors qu’on a une jeune fougère et une fougère plus mature. J’aimais aussi la réflexion de la nature dans l’œuvre. Ce qui est intéressant de la partie végétale aussi, c’est qu’on peut marcher vers le centre de l’installation. »

Nathalie Fortin, agente professionnelle à la division de la culture à la Ville de Sherbrooke, explique que le lieu d’implantation dicte les critères pour la réalisation d’une œuvre d’art public. « Nous avons une politique de gestion et de développement de notre collection dans laquelle il y a des critères d’acquisition. Pour l’art public, on procède par concours. Quand on réfléchit à un programme, on réfléchit à l’environnement, au lieu, pour définir les matériaux, le thème... Chaque œuvre répond à un besoin dans un lieu précis. »

Dans ce cas précis, une composante végétale était exigée dans le concept, pour qu’elle s’intègre dans le circuit d’art et de mosaïques. La Ville aurait d’ailleurs souhaité inaugurer Les Sentinelles en même temps que le Circuit art et mosaïques. « Quand on a lancé le concours à l’automne, nous avions l’idée qu’elle s’intègre dès le départ, mais il y a une composante sculpturale d’envergure qui nécessitait beaucoup d’intervenants. Pour la rendre avec la qualité actuelle, il était préférable d’attendre un peu. »

La Ville de Sherbrooke compte 37 œuvres d’art public et monuments commémoratifs. Le prochain projet d’acquisition est toujours en gestation.