Alexandre Poulin

Des éloges pour Alexandre Poulin en France (vidéo)

Il s'était préparé pour aller à la guerre. Il s'est retrouvé dans un pique-nique entre amis.Alexandre Poulin n'a pas eu à user de la stratégie de défense qu'il avait soigneusement mise au point, samedi dernier, sur le plateau de l'émission On n'est pas couché sur France 2.
Regardé par deux millions de personnes en moyenne, ce talk-show de fin de soirée est connu comme une zone de conflit où les couteaux volent souvent à basse altitude et où les tirs de roquettes des deux critiques en poste sont durs à esquiver, mais aussi comme l'une des plus grosses tribunes télévisées en France.
L'auteur-compositeur-interprète sherbrookois a été le seul invité de la soirée à être admis d'emblée dans le clan des alliés de l'animateur Laurent Ruquier, qui l'a présenté en disant qu'il avait eu «un vrai coup de coeur pour ses chansons». Un peu plus, et on sortait une nappe à carreaux et on lui offrait des fleurs.
«J'ai été le premier étonné. Généralement, tu vas là pour te faire rentrer dedans. L'émission a d'ailleurs été assez violente. Ça a été un exercice assez intense, mais j'étais bien préparé, et sans prétention, je suis très fier de ce que ça a donné! Je suis resté moi-même et c'était ma meilleure carte, peu importe la tournure» nous disait-il mardi, encore bien réveillé après cette émission tardive, malgré le décalage horaire de son retour au Québec.
L'unanimité régnait sur le plateau au sujet de son troisième album Le mouvement des marées. «Comment ça se fait qu'on ne vous connaissait pas encore?», lui a demandé l'animateur, qui paraissait même heureux que son accent québécois ne disparaisse pas dans ses chansons. «Vous avez une voix chaleureuse, les textes sont chouettes, poétiques, jolis. J'ai vraiment été emballé par cet album», a poursuivi Ruquier, loin d'être à court de synonymes.
Texte complet dans La Tribune de jeudi.