Derrière : Julie Garriss, violoniste et porte-parole du 29e FCMS, Maxime Fillion, président d’honneur, et Martine Labbé, présidente du FCMS. Devant : trois jeunes participants de cette année, soit Olivier Rousseau (piano), Raphaëlle Valiquette (violon) et Alexe Phaneuf-Benoît (chant).

Des changements en vue du trentième

Un premier prix qui passe de 2500 $ à 3000 $, une proportion de candidats de l’extérieur qui ne cesse d’augmenter, un concert-gala renouvelé : le Festival-concours de musique de Sherbrooke (FCMS) n’a pas attendu ses 30 ans l’an prochain pour rebattre un peu les cartes. Un total de 282 jeunes participants, préparés par 76 professeurs et provenant de 21 municipalités différentes (d’aussi loin que La Pocatière), sont fin prêts pour... fêter et concourir.

« Avant que nous décidions d’ouvrir le festival aux candidats de tout le Québec en 2016, le Festival-concours de musique de Sherbrooke était un des derniers à se limiter aux jeunes artistes de sa seule région. Aujourd’hui, nous nous félicitons de l’avoir fait, car la proportion d’inscriptions de l’extérieur ne cesse d’augmenter et les gens d’ici aiment ça », de souligner la présidente du FCMS Martine Labbé.

Cette part de candidats hors Estrie est passée de cinq pour cent la première année à quinze l’an dernier, et maintenant à vingt-trois pour cent (65 participants). On note aussi une hausse notable des inscriptions cette année (220 en 2017, 282 en 2018). Les organisateurs ont également réussi à convaincre leur principal commanditaire, le Groupe Canimex, de rehausser la bourse qui sera attribuée au grand lauréat, en vue du 30e anniversaire en 2019.

Finalement, au lieu d’un concert-gala réunissant les jeunes musiciens ayant offert les meilleures prestations de l’événement, le Festival tiendra plutôt deux finales simultanément, une dans la catégorie Répertoire et l’autre dans la catégorie Récital (plus exigeante, avec des critères plus proches de ceux du Concours de musique du Canada).

Le concert-gala suivra, avec l’annonce des gagnants, mais les prestations seront plutôt confiées à d’anciens participants qui se sont démarqués durant la dernière année, soit le pianiste Tristan Longval-Gagné, le ténor Étienne Isabel (qui sera dans le Fantôme de l’opéra à Montréal l’été prochain) ainsi que Nikki Arseneault, Marie St-Onge et Léanne St-Onge, trois jeunes musiciennes de la région qui ont fait belle figure à l’émission Virtuose l’hiver dernier. La jeune flûtiste Nikki Arseneault s’est même qualifiée au sein des trois derniers finalistes.

Parmi les autres prix, les gagnants des 2e et 3e places remporteront les bourses Belleau-Bergeron (1000 $) et Pianos Blouin (750 $), mais tous les jeunes qui obtiendront une note de 90 pour cent et plus seront récompensés, pour un total de 20 000 $ en bourses remis pendant l’événement. Les trois principaux lauréats seront aussi invités à se produire durant la saison 2018-2019 de la Maison d’opéra et de concerts de Sherbrooke.

Rigueur et dépassement

Quant à la porte-parole et au président d’honneur, le Festival-concours a respectivement recruté Julie Garriss, ancienne participante et aujourd’hui violoniste professionnelle dans plusieurs orchestres québécois, et Maxime Fillion, un jeune contrebassiste jazz qui a un jour bifurqué vers l’administration et qui prodigue maintenant des conseils de sécurité financière aux étudiants et aux musiciens, lesquels ont souvent des statuts de travailleurs autonomes. Il y a une dizaine d’années, Maxime Fillion a même déjà monté un projet, parrainé par l’ancien maire Jean Perrault, pour remettre des bourses aux jeunes des écoles Mitchell et Montcalm souhaitant poursuivre leurs études musicales postsecondaires.

« Nous sommes dans une société qui valorise les athlètes. Ce sont des personnes convoitées parce qu’elles dépassent leurs objectifs et qu’elles travaillent avec beaucoup de rigueur. Mais je peux vous dire que vous trouverez les mêmes qualités chez les musiciens », a-t-il commenté.

Il reste toutefois du chemin pour faire connaître le FCMS aux Sherbrookois, que plusieurs confondent encore avec le Festival des harmonies du Québec. « Mais l’accès aux auditions, aux finales et au gala demeure tout à fait gratuit. C’est comme un buffet musical de 300 prestations, à volonté », souligne Martine Labbé.

Les auditions auront donc lieu du 29 avril au 5 mai sur deux plateaux différents : la salle Bandeen de l’Université Bishop’s et la chapelle du Bishop’s College School. L’horaire complet se retrouve au fcmsherbrooke.com. Le 6 mai de 9 h 30 à 15 h, le public aura le choix entre la finale Répertoire (salle Bandeen) et la finale Récital (salle Alfred-DesRochers du cégep de Sherbrooke). Le gala du festival sera présenté à Alfred-DesRochers, le même jour, à 16 h.