Annie Charland-Thibodeau présente «II (Les étendues)» au Musée des beaux-arts de Sherbrooke jusqu’au 22 avril. L’artiste de Québec a pensé son installation in situ en fonction de l’abondante lumière qui baigne la grande salle fenestrée où elle expose.

De lumière, de granit et d'espace

Dans la salle J.A. Bombardier du Musée des beaux-arts de Sherbrooke, la lumière est partout.

« Autant de grandes fenêtres et pareil bain de luminosité naturelle, dans une institution muséale, ce n’est pas courant. Mais c’est formidable : l’espace se prête vraiment bien à une installation in situ. La lumière ajoute des effets différents, qui varieront selon l’heure de la journée. Vraiment, les spécificités de la salle et son architecture étaient pour moi très inspirantes », exprime Annie Charland-Thibodeau.

Sous les hauts plafonds de l’endroit, l’artiste de Québec a construit une immense plateforme basse.

La lisse structure a été spécifiquement pensée et conçue pour s’intégrer à l’espace. Sur la vaste surface, un rectangle noir et mat a été peint. Il accueille différents éclats de granit. Certains sont polis, d’autres non. L’ensemble tisse l’installation II (Les étendues), une œuvre qui évoque la notion de territoire.

« J’utilise des matériaux naturels. Dans ce cas-ci, ce sont des retailles de monuments, que j’ai retravaillées en masquant certaines parties. Je les ai ensuite disposées de façon à créer un tableau épuré. Avec peu d’éléments, j’essaie d’évoquer une grande étendue. J’aime les expériences immersives, les œuvres qui nous happent, celles dans lesquelles on fait des allers-retours. Et j’exploite le thème du territoire parce que c’est une idée universelle, qui trouve écho dans l’imaginaire de tout le monde », souligne l’artiste de 27 ans.

Annie Charland-Thibodeau

Travailler l’espace
Celle-ci a étudié la sculpture à la Maison des métiers d’art de Québec avant de compléter deux résidences artistiques, l’une en Italie, l’autre en Irlande.

« II (Les étendues) est ma quatrième exposition solo. La sculpture, pour moi, c’était une façon d’apprendre à travailler avec l’espace, mais ce qui m’intéresse, c’est l’art actuel. Le caractère temporaire des expositions in situ, moi, ça m’attire parce que j’aime tout particulièrement créer des œuvres sur mesure, en fonction des caractéristiques de l’endroit où j’expose. »

VOUS VOULEZ Y ALLER?
II (Les étendues)
Annie Charland-Thibodeau
Musée des beaux-arts de Sherbrooke
Jusqu’au 22 avril
Vernissage le 24 février, à 17 h

Beau coup de pouce au MBAS : la 30e édition de la Soirée des beaux-arts a récemment permis d’amasser 85 200 $. L’événement, qui constitue la plus importante activité-bénéfice de l’institution culturelle, s’est déroulé sous la présidence d’honneur du comédien Guy Jodoin. En tout, 53 œuvres ont été mises aux enchères et 21 d’entre elles se sont vendues à un prix dépassant 1000 $.