Dominique Paré, de l'Orchestre symphonique des jeunes de Sherbrooke, Madeleine Tremblay, du Festival concours de musique de Sherbrooke et de la région de l'Estrie, Nicolas Bélanger, de l'Orchestre symphonique de Sherbrooke, Michel Joncas, du Regroupement des archives du Séminaire de Sherbrooke et de l'Archidiocèse de Sherbrooke, le député-ministre Luc Fortin, et Frank Meunier, du Théâtre des petites lanternes, ont témoigné de l'importance du programme Mécénat Placements Culture.

Culture : Québec octroie 267 000 $ à quatre organismes

Quatre organismes culturels de l'Estrie se partageront 267 039 $ par le biais du programme Mécénat Placements Culture mis sur pied par Québec afin d'encourager les entités culturelles à diversifier leurs sources de revenus.
En vertu de ce programme, le Regroupement des archives du Séminaire de Sherbrooke et de l'Archidiocèse de Sherbrooke (RASSAS) recevra 150 000 $, le Festival-concours de musique de Sherbrooke et de la région de l'Estrie 57 000 $, le Théâtre des petites lanternes 37 539 $ et l'Orchestre symphonique de Sherbrooke (OSS) 22 500 $.
L'Orchestre symphonique des jeunes de Sherbrooke (OSJS) avait reçu une somme de 75 000 $ du même programme, il y a quatre ans.
Les crédits obtenus par les quatre organismes culturels estriens ont été rendus publics mardi par le député de Sherbrooke et ministre de la Culture et des Communications du Québec, Luc Fortin, lors d'un point de presse tenu à l'archevêché de Sherbrooke, rue de la Cathédrale.
M. Fortin a du même coup annoncé une bonification des crédits liés à ce programme. Financé à hauteur de 5 M$ par année à même les revenus de la taxe sur le tabac, M. Fortin a indiqué que Mécénat Placements Culture bénéficiait maintenant d'une enveloppe de 10 M$, prévue dans le dernier budget Leitao.
« Ce nouveau montant va nous permettre non seulement d'aider 112 organismes dans 13 régions du Québec, mais aussi d'effacer la liste d'attente créée par la popularité du programme », a déclaré M. Fortin en précisant que l'aide financière accordée varie en fonction des revenus annuels de l'organisme.
« De façon générale, on double la somme recueillie dans le milieu, alors que pour certains organismes, plus petits, on peut aller jusqu'à tripler ce montant. C'est une façon d'encourager une culture philanthropique forte en région et au Québec en général », a-t-il souligné.
En vertu de ce programme, les organismes bénéficiaires peuvent en effet se constituer des fonds dont les intérêts serviront à assurer leur pérennité. Ce à quoi le président du RASSAS. Michel Joncas, a promis de s'attaquer puisque les 150 000 $ obtenus du programme s'ajoutent aux 50 000 $ recueillis dans la communauté.
« L'ambition du RASSAS, c'est d'accumuler suffisamment de fonds pour assurer la pérennité de l'organisme, a précisé M. Joncas. On a trois archivistes extraordinaires qui travaillent pour nous et il faut évidemment les rémunérer. Oui, on est subventionné, on a des sources de revenus, mais si on peut accumuler un fonds suffisamment important pour générer des intérêts qui seront eux aussi importants, c'est notre ambition. On a un des plus beaux centres d'archives au Québec. Maintenant il faut assurer sa pérennité, la qualité du service et la qualité des archives aussi. »
Le directeur de l'OSS, Nicolas Bélanger, ainsi que la directrice générale du Festival-concours de musique de Sherbrooke, Madeleine Tremblay, ont eux aussi évoqué le fait que le programme leur permettra de travailler à la pérennité de leur organisme.