Une des affiches réalisées par Camila Rosario Vasquez pour l’exposition Les racines sont importantes.

Créer et exposer sur une ferme

L’artiste montréalaise d’origine chilienne Camila Rosario Vasquez propose un regard différent sur l’agriculture biologique en hiver, par l’entremise d’une exposition artistique multidisciplinaire présentée à la ferme Sanders de Compton, première ferme certifiée biologique au Québec, et intitulée Les racines sont importantes.

L’exposition permet de découvrir l’agriculture biologique en hiver par l’intermédiaire de dessins, maquettes, affiches, photographies, découpages et documentaire audio. L’objectif de l’artiste est de déplacer cet univers souterrain et invisible dans le monde du visible, soit directement dans les bâtiments de la ferme.

« Mon processus de travail consiste à passer de longues périodes à observer le milieu qui m’inspire et d’accumuler des traces, que ce soit par la prise de notes, en réalisant des entrevues, en prenant des photos ou en dessinant des schémas. Je trouve ensuite une manière de mettre en forme, sur les lieux mêmes, les informations que j’ai recueillies, pour communiquer ce que l’endroit m’a inspiré. L’exposition aura lieu dans trois lieux de la ferme, soit le magasin, l’entrepôt où sont emballés les légumes ainsi qu’une petite serre », explique Camila Rosario Vasquez avec enthousiasme.

Artiste d’origine chilienne vivant aujourd’hui à Waterville, Camila Rosario Vasquez souhaite faire connaître l’art actuel au plus grand nombre de personnes possible.

Cet évènement est l’aboutissement d’un long processus, comportant des entrevues avec les fermiers ainsi qu’une prise de conscience authentique de la réalité de la ferme. La nature ainsi que l’interrelation entre l’humain, le règne végétal et les animaux sont des préoccupations prédominantes dans cette recherche.

« Ma manière de travailler consiste à trouver un lieu où je perçois quelque chose de spécial. Quand j’ai quitté Montréal pour m’installer dans la région [elle habite Waterville avec son mari et ses trois enfants], j’ai habité la ferme Sanders et l’endroit m’a ouvert des pistes de réflexion en abondance », explique Camila.

De l’art et des connaissances

Grâce à sa créativité, l’artiste réussit à faire le pont entre l’art actuel et l’agriculture, grande fierté économique de la région. Les propriétaires de la ferme Sanders, Thérèse Shaheen et Russell Pocock, seront également sur les lieux pour partager leur passion et leur influence dans le monde de l’agriculture biologique.

« Je voulais vraiment qu’ils participent. Ils seront présents au vernissage et on peut entendre leurs voix dans l’audiodocumentaire. Ils parlent de leur histoire en tant que pionniers de l’agriculture biologique ainsi que des cultures qu’ils ont en ce moment. Ils ont beaucoup de connaissances à partager avec les visiteurs et ça complète bien l’exposition », conclut celle qui est diplômée de la faculté d’arts visuels de l’Université du Chili, à Santiago, et détentrice d’une maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’UQAM.