La réalité virtuelle gagne en popularité et le Festival de cinéma de la ville de Québec suit la tendance. «Québec est une ville techno. Il faut y être!» clame le directeur général du festival, Ian Gailer. À gauche, Jean-François Dugal de Studio Élément.

Place à l’ère glaciaire au Festival de cinéma de la ville de Québec [VIDÉO]

La réalité virtuelle aura une fois de plus une grande place au Festival de cinéma de la ville de Québec (FCVQ). Les visiteurs profiteront d’une arcade d’expériences virtuelles, imaginées par de nouveaux artistes.

L’an dernier, le FCVQ et Studio Élément nous transportaient dans l’univers futuriste Le Grand Froid, en collaboration avec l’artiste Samuel Matteau. L’équipe avait déployé pour une première fois l’expérience de réalité virtuelle à la place D’Youville. 

«L’année dernière, c’était un test dans le cadre d’une mesure économique de la Ville de Québec, tenter le maillage entre les organismes culturels et les organismes économiques des nouveaux médias, dont Studio Élément. On l’essayait et ça a étrangement trop bien marché. Les gens y allaient et étaient contents de voir le Québec du futur», explique Ian Gailer, directeur général du FCVQ.

M. Gailer suit la tendance : la réalité virtuelle gagne en popularité et elle continue d’impressionner. 

«Québec est une ville techno. Il faut y être! Le défi de la réalité virtuelle, c’est que c’est une expérience solitaire, et le cinéma est une expérience de groupe. Alors comment est-ce qu’on peut arrimer les deux? On a décidé de mettre les activités dehors, devant tout le monde. On s’inspire de l’année dernière pour faire quelque chose de plus complet. Les gens pourront se présenter sur place D’Youville et essayer diverses expériences, dont la deuxième mouture du Grand Froid.» 

De nouvelles histoires

L’univers du Grand Froid revient, cette fois dans l’imagination de l’illustrateur José Morin, du peintre Pierre Girard et de l’artiste numérique Simon Giguère. La terre sera de nouveau frappée par une nouvelle ère glaciaire, et certains lieux seront protégés par des dômes. 

«On repart de la même plateforme, ce sont trois nouveaux artistes qui vont raconter des souvenirs du passé, du présent et du futur. C’est très dur de décrire une expérience de réalité virtuelle, il faut vraiment la vivre. Dans notre cas, on est dans le storytelling», note Jean-François Dugal, directeur général de Studio Élément.  

Aux images numériques 3D se mélangeront photographies, sculptures et dessins. «C’est ça la beauté de la réalité virtuelle à l’heure actuelle, il n’y a pas d’artiste établi, alors on mélange.»

M. Dugal promet aussi de belles surprises. L’expérience sera assurément bonifiée, par rapport à l’année dernière. Au moins huit expériences seront installées à la place D’Youville, Le Grand Froid en offrira deux d’entre elles. 

Évolution technologique 

Jean-François Dugal note que les opinions sont partagées concernant la réalité virtuelle. Certains sont pour son évolution, d’autres croient qu’on se promènera tous avec des casques sur la tête dans quelques années.

«Évidemment je fais partie des gens qui sont pour, on s’amuse beaucoup avec ça. Il y a un retour aux arcades comme on avait dans les années 80 pour les jeux vidéo, c’est ce qui se fait beaucoup en réalité virtuelle, comme un peu les parcs thématiques, ce qu’on voit avec les centres de jeu d’évasion. C’est difficile à avoir à la maison. C’est immersif. L’adoption de la technologie est très rapide, si on regarde la courbe de la réalité virtuelle, elle est plus rapide que celle du téléphone intelligent», termine M. Dugal.

Le Festival de cinéma de la ville de Québec se tiendra du 12 au 21 septembre.