Paolo Sorrentino a annoncé son retour au grand écran avec <em>C’était la main de Dieu</em>.
Paolo Sorrentino a annoncé son retour au grand écran avec <em>C’était la main de Dieu</em>.

L’ombre de Maradona et de la mort dans le prochain Sorrentino

ROME — Le cinéaste italien Paolo Sorrentino a annoncé son retour au grand écran avec C’était la main de Dieu, un film relatant la mort tragique de ses parents à Naples à l’époque où le jeune «tifo» allait voir jouer Maradona.

«C’est la première fois de ma carrière que je réalise un film intime et personnel. C’est un exercice à la fois joyeux et douloureux», a indiqué dans un communiqué le réalisateur, qui a reçu l’Oscar du meilleur film étranger en 2014 pour La Grande Bellezza.

Le titre du film rappelle symboliquement le but inscrit de la main par l’attaquant argentin Diego Armando Maradona contre l’Angleterre en quart de finale de la Coupe du monde à Mexico en 1986.

La figure de Maradona est quasiment transcendentale dans la vie du cinéaste, qui déclarait en 2016 au quotidien italien Il Corriere della Sera qu’il «devait la vie» au champion argentin.

À 16 ans, le jeune Sorrentino obtient pour la première fois la permission de ses parents d’aller voir un match de Naples au lieu de les accompagner dans leur maison de campagne. Ses parents qui, ce week-end là, meurent intoxiqués au monoxyde de carbone. Un destin qui relie encore aujourd’hui le réalisateur au joueur.

Après avoir reporté un tournage aux États-Unis en raison de la pandémie de coronavirus, Paolo Sorrentino s’est lancé dans ce nouveau projet dont il sera scénariste et coproducteur.

Paolo Sorrentino, qui a fêté en mai ses 50 ans, retourne au 7e art après avoir connu le succès avec les séries The Young Pope en 2016 et The New Pope en 2020.