Vitalis (Daniel Auteuil), qui recueille Rémi (Maleaume Paquin), va de village en village avec son fidèle chien Capi et le petit singe Joli-Cœur.

Les aventures de Rémi: Un cœur pur à la voix d’ange ***

CRITIQUE / Les spectateurs québécois ont un avantage en abordant Les aventures de Rémi — la plupart ne connaissent pas Rémi sans famille (1878), roman d’Hector Malo célèbre en France (bien qu’un dessin animé fut diffusé par Radio-Canada il y a une quarantaine d’années). Donc pas d’a priori sur cette très libre adaptation de l’histoire d’un orphelin au cœur pur à la voix d’ange qu’un saltimbanque prend sous son aile. Le duo et ses animaux vont entreprendre un long voyage peuplé d’aventures à travers le pays…

Antoine Blossier a néanmoins préservé l’essentiel pour ce périple initiatique qui se déroule au XIXe siècle. Il en a surtout conservé les évènements tragiques plutôt que d’en faire un énième conte de fées édulcoré, même s’il n’a pas résisté à l’envie des rebondissements tirés par les cheveux au dernier acte.

Film familial donc, en prise de vues réelles, sans superhéros ni morale à cinq cennes. Pas misérabiliste non plus même si Rémi (Maleaume Paquin) ne l’a pas facile. À 10 ans, malgré la pauvreté, il peut compter sur l’amour de sa mère adoptive (Ludivine Sagnier). Jusqu’à ce que son mari tente de l’amener à l’orphelinat pour les débarrasser d’une bouche en trop à nourrir...

Heureusement, Vitalis (Daniel Auteuil), qui passe par là, le recueille. Le mystérieux musicien ambulant, qui va de village en village avec son fidèle chien Capi et le petit singe Joli-Cœur, découvre que le timide garçon a une voix extraordinaire.

Il tente de lui apprendre à chanter en public pour lui offrir une vie remplie de promesses. Vitalis en connaît un rayon, lui qui a déjà été un violoniste prodigieux, hanté par son passé tragique.

Le quatuor va évidemment vivre de nombreuses péripéties. Chaque obstacle et revers sont autant d’occasions pour Rémi de grandir en maturité. Tout comme son amitié avec Lise (Albane Masson), petite fille brillante confinée à un fauteuil roulant, et sa mère (Virginie Ledoyen) va lui ouvrir un monde de possibilités…

Daniel Auteuil est fabuleux en homme blessé et généreux. En Rémi, Maleaume Paquin a beaucoup de naturel, sauf dans les scènes émotives où son jeu est un peu forcé. Par contre, les scènes où l’enfant chante sont renversantes.

Pour son troisième long métrage, Antoine Blossier signe un road-movie aux images somptueuses, qui use et abuse toutefois des plans de réaction pour souligner les moments prenants.

Et le réalisateur gâche un peu la sauce avec ces derniers moments caricaturaux et prévisibles. Mais, bon, soyons indulgents. Les aventures de Rémi est un film qui va faire rêver les enfants et même plusieurs adultes...

Au générique

Cote : ***

Titre : Les aventures de Rémi

Genre : Aventures

Réalisateur : Antoine Blossier

Acteurs : Daniel Auteuil, Maleaume Paquin, Virginie Ledoyen

Classement : Général

Durée : 1h49

On aime : les péripéties tragiques. Les somptueux paysages. La forte présence de Daniel Auteuil.

On n’aime pas : les exagérations du dernier acte.