Une scène du Sixième sens

La liste des finales les plus surprenantes

LE 6E SENS, M. NIGHT SHYAMALAN, 1999

«Je vois des gens qui sont morts. Ils vont et ils viennent comme n’importe qui», confie le garçon joué par Haley Joel Osment au Dr Crowe, incarné par Bruce Willis. Pendant qu’on suit ses interventions auprès de son patient hanté, on en oublie presque de regarder les signes qui permettrait de deviner son statut, disons, particulier.  Josianne Desloges

SUSPECTS DE CONVENANCE (1995), BRYAN SINGER

«Le coup le plus rusé du diable, ç’a été de faire accroire à tout le monde qu’il n’existait pas.» Dans ce film-culte qui a valu l’Oscar du scénario à Christopher McQuarrie grâce à sa structure non linéaire, le spectateur découvre à la fin la véritable identité du démoniaque Keyser Söze. Peut-être bien le diable en personne… Éric Moreault

SEPT, DAVID FINCHER, 1995

«Qu’est-ce qu’il y a dans la boîte?» La macabre réponse à cette question apportera un dénouement inattendu — et horrifiant pour le personnage de Brad Pitt — à l’œuvre d’un psychopathe (Kevin Spacey) obsédé par les sept péchés capitaux. La gourmandise, l’avarice, la paresse, la luxure et l’orgueil y étaient passés, restait la colère et l’envie…  Geneviève Bouchard

LES AUTRES, ALEJANDRO AMENÀBAR, 2001

Un sombre manoir isolé, une mère et deux enfants endeuillés et des signes de hantise qui se multiplient… Le monde des vivants rencontre celui des morts dans ce suspense porté par Nicole Kidman. Mais pas de manière convenue.  Geneviève Bouchard