<em>Bacurau</em>, film dystopique à la sauce western spaghetti un peu sanguinolent, a remporté le Prix du jury à Cannes.
<em>Bacurau</em>, film dystopique à la sauce western spaghetti un peu sanguinolent, a remporté le Prix du jury à Cannes.

Bacurau : À bas les fascistes! ***

CRITIQUE / Le Prix du jury ex aequo décerné à Bacurau au Festival de Cannes 2019 en a désarçonné plus d’un. Le long métrage brésilien mélange allègrement le western spaghetti, la fable sociopolitique dystopique, le gore et des personnages vaguement felliniens ! Inclassable, certes, mais un peu trop chargé à mon goût.

Kleber Mendonça Filho n’en est pas à ses premières armes. En compétition à Cannes en 2016, il livrait, entre autres, avec le superbe Aquarius, un chant de résistance allégorique. Cette fois, il verse plutôt dans la rage vengeresse. Parce que le Brésilien et son acolyte Juliano Dornelles ont eu tout le temps de voir la montée en puissance d’un président fasciste, Jair Bolsonaro, au pouvoir depuis un an.

Le duo a tout de même situé l’action dans un futur rapproché. Dans un petit village perdu au milieu des terres arides du Nordeste, sous le joug d’un préfet vain, superficiel et manipulateur (un disciple de Donald Trump), les habitants font de la résistance passive. Et coulent des jours heureux sous le signe de l’entraide communautaire malgré leurs faibles ressources (ils ne sont pas des saints pour autant).

Jusqu’à ce que débarquent aux limites de Bacurau des «étrangers» — des Américains suprémacistes venus s’amuser à tuer ces gens paisibles (c’est un peu fort de moutarde et caricatural, mais, bon, on aime les méchants vraiment méchants dans les westerns, n’est-ce pas?).

Les villageois fiers et indépendants n’en savent rien jusqu’à ce qu’une famille disparaisse. Les habitants vont alors solliciter un hors-la-loi (à la Impardonnable, le classique crépusculaire de Clint Eastwood, voire Les sept samouraïs de Kurosawa) pour qu’il vienne les aider à se défendre contre l’invasion...

La charge est intéressante et le film suit une belle courbe dramatique. La fin verse un peu trop dans le sanguinolent à mon goût. Mais côté dépaysement à l’heure du confinement, c’est difficilement battable.

Bacurau est offert à la location sur la plateforme du Cinéma Moderne.

Au générique

Cote : ***

Titre : Bacurau

Genre : Drame social

Réalisateurs : Kleber Mendonça Filho et Juliano Dornelles

Acteurs : Barbara Colen, Sônia Braga, Udo Kier

Durée : 2h01