Hippolyte Girardot: acteur sans pitié et homme de bonté

Cinéma

Hippolyte Girardot: acteur sans pitié et homme de bonté

Éric Moreault
Éric Moreault
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
PARIS — Hippolyte Girardot a commencé devant la caméra de Godard, Corneau, Berri, mais sa carrière a véritablement décollé avec le film-culte Un monde sans pitié (1989). Il enfile depuis les rôles, avec de grands cinéastes. Vêtu d’une chemise et d’un complet bleus, chaleureux et souriant, il reçoit Le Soleil en toute simplicité dans un hôtel de Paris, début 2020, pour discuter de sa carrière et de son personnage face à Isabelle Huppert dans La Daronne.
<em>La Daronne</em>: la reine du trafic *** [VIDÉO]

Cinéma

La Daronne: la reine du trafic *** [VIDÉO]

Éric Moreault
Éric Moreault
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
CRITIQUE / Isabelle Huppert peut tout jouer. Même une traductrice à la pige pour la police qui saisit une occasion pour devenir… une grosse trafiquante voilée ! Dans ce film peu conséquent qui mélange les genres avec allégresse, la grande actrice française réussit à donner le change sur le plan comique, mais c’est quand La Daronne passe en mode dramatique qu’elle enlève le morceau. Comme d’habitude !
<em>The World to Come</em>: l’impossible évasion *** 1/2 [VIDÉO]

Cinéma

The World to Come: l’impossible évasion *** 1/2 [VIDÉO]

Éric Moreault
Éric Moreault
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
CRITIQUE / L’arrivée de World to Come, après Portrait de la jeune fille en feu et Ammonite, occasionne nécessairement les comparaisons — sans parler des références à Souvenirs de Brokeback Mountain. Inévitables, mais injustes. Parce qu’il faut apprécier ce drame pour ce qu’il représente : une passion brimée par un cadre social, historique et religieux qui empêche deux personnes de vivre leur amour en toute liberté.
<em>Mon année Salinger</em>: tourner la page *** 1/2 [VIDÉO]

Cinéma

Mon année Salinger: tourner la page *** 1/2 [VIDÉO]

Éric Moreault
Éric Moreault
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
CRITIQUE / S’il y a une constante dans l’œuvre de Philippe Farladeau, c’est que le réalisateur québécois ne se répète jamais. Ce qui explique que son adaptation des mémoires de Joanna Rakoff porte sa signature, tout en s’appuyant sur le point de vue de celle-ci. Il livre ainsi un film rafraîchissant, touchant et intelligent à propos d’une jeune femme qui s’extirpe de son cocon pour s’envoler.
<em>Moxie</em>: une révolution au secondaire ** 1/2 [VIDÉO]

Cinéma

Moxie: une révolution au secondaire ** 1/2 [VIDÉO]

Éric Moreault
Éric Moreault
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
CRITIQUE / Les récits d’apprentissage pullulent au cinéma en grande partie parce qu’il vise le public cible qui consomme beaucoup de films. Moxie souffre donc de la comparaison vu qu’il manque singulièrement de profondeur et de réalisme. Pourtant, l’intention est bonne : dénoncer le double standard envers les filles au secondaire, victimes d’un sexisme rampant et séculaire.
<em>Raya et le dernier dragon</em>: l’union fait la force *** [VIDÉO]

Cinéma

Raya et le dernier dragon: l’union fait la force *** [VIDÉO]

Éric Moreault
Éric Moreault
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
CRITIQUE / Raya et le dernier dragon (Raya and the Last Dragon) s’inscrit dans la tradition des longs métrages d’animation de Disney. À ce titre, il véhicule un message positif d’unité dans l’adversité en misant sur la diversité. Inspiré de la riche iconographie orientale et de ses mythiques créatures, le film compte aussi sur des héroïnes féminines. Sans rien révolutionner dans le genre, Don Hall et Carlos López Estrada offrent un divertissement intelligent et rigolo.
Isabelle Huppert: dans la peau d’une trafiquante voilée

Cinéma

Isabelle Huppert: dans la peau d’une trafiquante voilée

Éric Moreault
Éric Moreault
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
PARIS — En janvier 2020, il y a une éternité — on dirait —, nous étions une poignée de journalistes entassés dans une suite d’hôtel à Paris pour une entrevue avec Isabelle Huppert. Puis la pandémie, les reports, et voici que La Daronne, qui repose sur le formidable talent de l’actrice française, prend finalement l’affiche. Elle y joue une interprète pigiste de la brigade des stupéfiants qui saisit une occasion pour devenir… une grosse trafiquante!
Berlinale: une vidéo intime secoue la compétition

Cinéma

Berlinale: une vidéo intime secoue la compétition

AFP
Agence France-Presse
Article réservé aux abonnés
BERLIN — Une attaque acide : avec l’histoire d’une enseignante rattrapée par la fuite d’une vidéo intime, le réalisateur roumain Radu Jude, en compétition à la Berlinale, entend mettre à nu les «hypocrisies» de la société contemporaine.
Berlinale: la mémoire brisée du Liban en ouverture

Cinéma

Berlinale: la mémoire brisée du Liban en ouverture

Francois Becker
Agence France-Presse
Deborah Cole
Agence France-Presse
Article réservé aux abonnés
BERLIN — Entre pandémie et explosion au port de Beyrouth, leur film fait figure de rescapé : un couple de réalisateurs libanais a ouvert lundi la compétition du festival de cinéma de Berlin, qui se tient en ligne en raison de la pandémie.
<em>The Last Vermeer</em>: l’art de l’illusion *** [VIDÉO]

Cinéma

The Last Vermeer: l’art de l’illusion *** [VIDÉO]

Éric Moreault
Éric Moreault
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
CRITIQUE / Durant la Seconde Guerre mondiale, les nazis ont pillé sans vergogne musées et galeries d’art pour se constituer un trésor de guerre — un épisode abordé, entre autres, par Les Monuments Men (George Clooney, 2014). Parmi eux, Hermann Goering s’avérait particulièrement vorace. En 1945, le capitaine Joseph Piller met la main sur un Vermeer volé par l’Allemand et arrête celui qui lui a vendu. Il va découvrir une histoire incroyable!
La Berlinale s’ouvre en ligne

Cinéma

La Berlinale s’ouvre en ligne

David Courbet
Agence France-Presse
Francois Becker
Agence France-Presse
Article réservé aux abonnés
BERLIN — Quinze films, mais pas de grandes stars, de tapis rouge ni de salles obscures: la Berlinale, premier festival européen de cinéma de l’année, s’ouvre lundi en ligne, symbole d’un secteur culturel mis à mal par la pandémie.
Golden Globes: Des prix remis sans champagne ni tapis rouge 

Cinéma

Golden Globes: Des prix remis sans champagne ni tapis rouge 

Laurent BANGUET
Agence France-Presse
Andrew Marszal
Agence France-Presse
Article réservé aux abonnés
LOS ANGELES — Ni champagne ni vedettes sur le tapis rouge, mais toujours une pluie de récompenses: la cérémonie des Golden Globes aura beau être virtuelle dimanche soir en raison de la pandémie, elle devrait permettre à Hollywood de célébrer ses réalisatrices et de rendre un hommage posthume au regretté Chadwick Boseman.
Biggie, le géant éphémère du rap

Cinéma

Biggie, le géant éphémère du rap

Maggy Donaldson
Agence France-Presse
Article réservé aux abonnés
NEW YORK — Décédé depuis près d’un quart de siècle à 24 ans seulement, le rappeur new-yorkais Notorious B.I.G. continue de fasciner; avec le documentaire Biggie: I Got a Story to Tell, Netflix livre un portrait de «Big Poppa» par ses proches.
<em>Errance sans retour</em>: courageux, pertinent et profondément humain *** 1/2 [VIDÉO]

Cinéma

Errance sans retour: courageux, pertinent et profondément humain *** 1/2 [VIDÉO]

Éric Moreault
Éric Moreault
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
CRITIQUE / Il y a plusieurs choses qu’il faut saluer avec l’arrivée d’Errance sans retour au cinéma : le courage de réaliser d’un long documentaire sur les réfugiés rohingyas ; la persévérance de Mélanie Carrier et Olivier Higgins ; la superbe esthétique poétique qui traduit une vision singulière du sujet ; l’humanisme du propos… Ce qui fait du film une expérience immersive pertinente et touchante.
<em>Land </em>: en territoire inconnu *** [VIDÉO]

Cinéma

Land : en territoire inconnu *** [VIDÉO]

Éric Moreault
Éric Moreault
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
CRITIQUE / Le tournage de Land, premier long métrage réalisé par Robin Wright, s’est déroulé juste avant la pandémie de COVID-19. Par une curieuse synchronicité, il s’attarde au destin d’une femme en confinement total dans une cabane en rond au cœur des montagnes. Une expérience transformatrice dans ce beau film, superbement interprété, mais à la trame et aux thèmes connus.
<em>Chers camarades</em>: la culture du secret *** 1/2 [VIDÉO]

Cinéma

Chers camarades: la culture du secret *** 1/2 [VIDÉO]

Éric Moreault
Éric Moreault
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
CRITIQUE / Il devient évident, après avoir vu Chers camarades, que le prix spécial du jury à la Mostra de Venise 2020 allait de soi. Avec un sens et un souci du détail, Andreï Kontchalovski recrée une des pages les plus noires de l’Union soviétique : le massacre de Novotcherkassk. Une superbe fresque historique qui pose un regard juste sur les idéaux trahis et le drame d’une mère qui sent sa fille et sa foi dans le Parti lui échapper.
<em>Félix et le trésor de Morgäa</em>: l’île mystérieuse *** [VIDÉO]

Cinéma

Félix et le trésor de Morgäa: l’île mystérieuse *** [VIDÉO]

Éric Moreault
Éric Moreault
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
CRITIQUE / Les artisans de Félix et le trésor de Morgäa ne pouvaient rêver d’un meilleur scénario pour la sortie du long métrage d’animation, qui coïncide avec la réouverture des cinémas après plusieurs mois d’inactivités dus à COVID-19. Les jeunes cinéphiles y trouveront un conte contemporain profondément enraciné dans notre réalité, mais dont le récit abracadabrant plaira aux plus crédules.
Sigourney Weaver: coup de foudre mutuel

Cinéma

Sigourney Weaver: coup de foudre mutuel

Éric Moreault
Éric Moreault
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Philippe Falardeau, qui en a vu d’autres, avoue qu’il se sentant extrêmement nerveux quand il s’est assis avec Sigourney Weaver pour lui proposer le rôle de l’agente littéraire de J.D. Salinger. Le réalisateur québécois a été séduit par la simplicité, l’affabilité et la vivacité d’esprit de la grande actrice — au sens propre (1,82 m) et figuré. Le coup de foudre artistique fut mutuel. Le Soleil s’est entretenu avec la charmante femme de 71 ans à propos du long métrage, son amour du cinéma et la qualité de son… français!
<em>La nuit venue</em> : voyage au bout de la nuit *** 1/2 [VIDÉO]

Cinéma

La nuit venue : voyage au bout de la nuit *** 1/2 [VIDÉO]

Éric Moreault
Éric Moreault
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
CRITIQUE / On peut évoquer les grandes qualités cinématographiques de La nuit venue, surtout pour un premier long métrage, la forte présence des deux rôles principaux, voire l’originalité de la trame sonore. Mais ce qui retient surtout l’attention de ce captivant film noir, c’est la volonté de Frédéric Farruci d’offrir au spectateur l’envers du décor parisien, celui des sans-papiers rejetés par la société et exploités par des bandits.
Frédéric Farruci: Paris, la nuit

Cinéma

Frédéric Farruci: Paris, la nuit

Éric Moreault
Éric Moreault
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Loin du Paris touristique et des quartiers bourgeois, la Ville lumière accueille en périphérie des immigrés en quête d’un meilleur avenir. En particulier le 19e arrondissement où réside Frédéric Farruci. Troublé par la situation, le réalisateur a imaginé une histoire entre un chauffeur chinois coincé par la mafia et une strip-teaseuse maghrébine. En résulte La nuit venue, un fascinant premier long métrage, mélange de film noir, de drame sentimental et de réquisitoire sociopolitique. Le Soleil s’est entretenu par visioconférence avec le réalisateur qui a manqué... ne jamais le devenir!
Philippe Falardeau: mon année en pandémie

Cinéma

Philippe Falardeau: mon année en pandémie

Éric Moreault
Éric Moreault
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Il y a un an, presque jour pour jour, Philippe Falardeau présentait Mon année Salinger devant près de 5000 personnes en ouverture de la 70e Berlinale. «Puis je suis revenu chez nous et la planète a fermé!» Et retardé d’autant la sortie de son huitième long métrage de fiction. Après bien des reports, le cinéaste s’était résigné à présenter son œuvre en vidéo sur demande, puis, coup de bol, les cinémas québécois ont rouvert. Discussion avec le réalisateur sur ce long métrage à propos d’un géant littéraire qui met en vedette Sigourney Weaver et Margaret Qualley.
<em>Billie Eilish - The World’s a Little Blurry</em>: fulgurant premier chapitre **** [VIDÉO]

Cinéma

Billie Eilish - The World’s a Little Blurry: fulgurant premier chapitre **** [VIDÉO]

Geneviève Bouchard
Geneviève Bouchard
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
CRITIQUE / Pour Billie Eilish, «le monde est un peu flou». C’est ce que laisse entendre le titre du captivant documentaire de R.J. Cutler consacré à la jeune sensation américaine de la pop. La phrase (The World’s a Little Blurry) est empruntée à la chanson ilomilo de la vedette. Elle n’en décrit pas moins avec éloquence le frénétique tourbillon dans lequel l’adolescente a été plongée au moment d’enregistrer et de lancer son premier album.
Réouverture des cinémas : «C’est presque un miracle» pour <em>Félix et le trésor de Morgäa</em>

Cinéma

Réouverture des cinémas : «C’est presque un miracle» pour Félix et le trésor de Morgäa

Éric Moreault
Éric Moreault
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Si Nicola Lemay devait adopter une maxime, ce serait certainement : tout vient à point à qui sait attendre. Après une fructueuse carrière en animation auprès de l’ONF, des studios hollywoodiens et des collaborations en France, son premier long métrage arrive enfin — à 50 ans! Et Félix et le trésor de Morgäa aura la chance de prendre l’affiche à la réouverture des cinémas, le 26 février, après une longue interruption provoquée par la COVID-19. «C’est un beau cadeau!»