Chanson de circonstance

« Pas déjà la fin du mois de juillet qui approche! » doivent se dire beaucoup de gens en tournant leur page de calendrier ce matin.

Désolé, l’été sans fin n’a pas encore été inventé, malgré le désir quasi collectif d’arrêter le temps durant cette saison si souvent ponctuée de moments inoubliables. Ce sentiment, le trio norvégien A-ha l’a mis en musique dans la dernière chanson de son opus 4, lequel comporte un lien particulier avec le Québec : l’album avait été en partie conçu au défunt Studio d’André Perry, à Morin-Heights. La photo de la couverture y a même été croquée. 

L’année suivante, la reprise par A-ha de Crying in the Rain des Everly Brothers connut un certain succès sur le réseau Rock Détente, relançant momentanément la popularité du groupe ici. 

Plusieurs Québécois reconnaîtront donc ces paroles : « Nous sommes bêtes d’y croire / Nous sommes bêtes d’essayer / De ralentir ce mois de juillet / Apparemment permanent. »

(Seemingly) Nonstop July
A-ha
East of the Sun, West of the Moon (1990)