Le conseil d’administration du Centre d’art de Richmond a annoncé au mois d’octobre sa décision de quitter le Couvent Mont Saint-Patrice pour relocaliser ses activités au Centre Sainte-Famille.

Centre d’art de Richmond : le CA démissionne en bloc

La saga du déménagement du Centre d’art de Richmond se poursuit. Le conseil d’administration de l’organisme culturel a démissionné en bloc mardi. « La situation actuelle est devenue un cancer quotidien pour nous tous et les perspectives d’avenir ne répondent plus à notre vision », ont annoncé les membres démissionnaires.

Rappelons que le conseil d’administration du Centre d’art de Richmond a annoncé au mois d’octobre sa décision de quitter le Couvent Mont Saint-Patrice pour relocaliser ses activités au Centre Sainte-Famille. L’organisme espérait ainsi assurer la viabilité de l’organisme culturel, notamment avec une salle de spectacles un peu plus grande.

L’annonce du déménagement a été mal accueillie par plusieurs. C’est que le revenu de location du local du Centre d’art de Richmond rapporte 20 000 $ par année au Couvent et occupe 20 % de son espace. Le déménagement du centre d’art mettrait en péril la conservation du bâtiment patrimonial, selon ses opposants. Ces derniers ont d’ailleurs organisé une manifestation et lancé une pétition dans les derniers mois. 

« Intransigeance et indifférence »

Dans un communiqué envoyé aux médias, les membres démissionnaires dénoncent entre autres la « campagne de peur » orchestrée par les administrateurs du Couvent et les opposants au déménagement. « Ces derniers mois ont fait place à beaucoup d’animosité et à plusieurs rencontres stériles avec l’organisme du Couvent [...]. On n’a qu’à regarder la Page Facebook ‘‘Pour le CAR au couvent’’ et ses propos désobligeants ainsi que l’autre page Facebook d’un groupe privé et secret avec des commentaires haineux envers les membres du CA pour comprendre », affirment-ils. 

Selon l’ancien CA, des rencontres ont eu lieu dans les dernières semaines avec les administrateurs du bâtiment patrimonial afin de proposer une solution de partage du risque et de réduction du loyer pour permettre au CAR de demeurer au Couvent.  « Malheureusement nos demandes, malgré le fait que les membres du couvent n’ont cessé de dire qu’ils souhaitaient que nous restions au couvent, se sont frappées à un mur et n’ont pas été entendues », soutiennent-ils. 

Les membres démissionnaires affirment laisser un centre d’art en meilleure position financière et plus prospère. Ils soulignent toutefois que « face aux velléités farouches d’un petit groupe, à l’intransigeance du Couvent et à l’indifférence de la communauté, le CAR demeure dans l’impasse financier et fait face à un avenir sombre. »