Jean-Louis Roy, président et directeur général de Bibliothèque et Archives nationales du Québec.
Jean-Louis Roy, président et directeur général de Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

BAnQ : célébrer un centenaire à distance

SHERBROOKE – Les Archives nationales du Québec célèbrent leur 100e anniversaire cette année. L’événement aurait été une belle occasion de fêter, mais toutes les activités prévues ont été annulées en raison de la COVID-19. Toutefois, bien qu’il ait fermé ses portes physiques, l’organisme public, qui regroupe la Bibliothèque nationale, les Archives nationales et la Grande Bibliothèque, a vu le recours à ses services électroniques littéralement exploser.

«Notre clientèle a augmenté de plus ou moins 40 %, donc on a été très occupés», rapporte Jean-Louis Roy, président-directeur de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ). En temps normal, 7,5 millions d’usagers s’en prévalent annuellement.

«Certaines équipes ont travaillé pour mettre sur pied un portail “BAnQ chez moi”, où l’offre changeait chaque jour: cours de guitare, heure du conte, films à découvrir... Ç’a attiré beaucoup de gens.»

L’équipe de BAnQ travaille actuellement à la reprise de toutes les activités. «Notre objectif est d’être capables d’offrir le plus de services possible, rapidement», annonce M. Roy.

La santé publique a notamment autorisé l’ouverture des comptoirs de prêt, à condition que les clients ne consultent pas les ouvrages sur place et n’accèdent pas aux différents rayons et étages. 

Un anniversaire à l’eau

Tout un programme d’activités avait été prévu pour le centenaire des Archives nationales, programme qui a été évidemment annulé à la mi-mars. Plusieurs conférences et ateliers variés destinés au grand public devaient se dérouler dans les 10 centres d’archives à travers le Québec, notamment à BAnQ Sherbrooke, au courant de l'année. Ces activités seront transférées sur l’internet si possible, ou encore reportées dans le temps, donc l’équipe préfère ne rien dévoiler pour l’instant.  

Plusieurs programmes, qui nécessitent des rencontres physiques, ont été suspendus. Les dépôts d’archives et la Grande Bibliothèque, qui laisse entrer près de 7500 personnes par jour, demeurent fermés. BAnQ reçoit environ 10 millions de visites par année, sur son portail Web et dans ses 12 édifices.

Le congrès annuel de l’Association des archivistes du Québec, qui devait se dérouler à Québec en juin, a également été annulé, mais sera remplacé par un congrès Web à plus petit déploiement par visioconférence. Le thème de cette année, «Autrement», prend tout son sens dans la situation actuelle...

«On espère pouvoir recommencer à se regrouper dans des colloques ou des congrès d’ici la fin de 2020 ou le début de 2021», souhaite M. Roy. 

Julie Roy, archiviste-coordonnatrice à BAnQ Sherbrooke.

Cent ans de souvenirs

Officiellement, les Archives nationales du Québec contribuent à la préservation du savoir et à la transmission de la mémoire au Québec depuis le 2 septembre 1920.

«Dans notre histoire, le fait d’avoir une institution culturelle aussi ancienne est remarquable. Ça veut dire qu’en 1920, quelques personnes croyaient que les archives étaient nécessaires à la constitution d’une société. On est chanceux d’avoir accès à ces archives, d’avoir ce regard en arrière, et par le fait même, d’avoir une vision de ce projet vers l’avant», soutient Julie Roy, archiviste-coordonnatrice à BAnQ Sherbrooke. 

«Les archives sont la mémoire, la façon de vivre des Québécois. C’est notre passé, dans sa quasi-totalité, qui est à portée de main. Même si le gouvernement a officiellement créé les Archives nationales en 1920, on possède les archives depuis le régime français, donc depuis quatre siècles. C’est une chance que nous avons», conclut Jean-Louis Roy.