Yves Allaire

Animé d'une vibrante pulsion créative

Tranche de vie animée sur le plan artistique pour l'artiste Yves Allaire : non seulement présente-t-il avec la peintre Lydia Gouteux l'exposition D'où vent viens-tu? à La Galerie des Cantons de Magog, mais il lance également son livre Soiz, qui raconte son histoire d'amour avec sa compagne Françoise Moquin, décédée ces dernières années.D'abord comédien, Yves Allaire vit avec intensité son amour pour la poésie depuis quelques années. Une vibrante pulsion créative le pousse à élaborer sans cesse de nouveaux projets artistiques en lien avec cet art souvent négligé. Ainsi, dans le cadre de l'exposition D'où vent viens-tu?, la peintre française Lydia Gouteux expose une vingtaine de tableaux abstraits, tous accompagnés par un poème de l'auteur et acteur québécois, qui habite la région de Magog.
Les deux créateurs ne se sont pas concertés avant de réaliser les oeuvres faisant partie de l'exposition. À l'occasion d'un voyage en France, Yves Allaire a plutôt tenté, avec l'aide de Mme Gouteux, de dénicher parmi ses poèmes des oeuvres qui pouvaient se marier adéquatement à une série de tableaux de l'artiste française. Un certain travail de réécriture a été effectué par la suite.
Les poèmes sélectionnés abordent notamment le thème de la création et de l'inspiration chez l'artiste. « Je ne peux pas expliquer les peintures accrochées sur les murs ici. Par contre, je perçois qu'il y a une démarche d'expression. Peindre, c'est se dévoiler », remarque-t-il.
L'exposition est un véritable événement, puisque la poésie, la musique et la danse ont été greffées à celle-ci. Demain ainsi que les 19 et 26 janvier, de 14 h à 16 h, des spectacles pluridisciplinaires gratuits seront présentés à la Galerie des Cantons. Le guitariste Jean-Claude Marsan, le violoniste Charles Van Goïdtsenhoven, la violoncelliste Magalie Brondel et la soprano Louise-France Paris participeront à ces spectacles.
Soiz
Le plus récent livre d'Yves Allaire est quelque peu difficile à classer. « C'est un roman vrai. Dans Soiz, je raconte mon histoire d'amour avec Françoise, mais le livre est aussi une réflexion. Et l'épilogue est composé de poèmes », mentionne l'artiste.
Il faut ajouter qu'une série de peintures produites par Françoise Moquin elle-même ont été intégrées au livre. Des passages ont par surcroît été écrits par la main de la compagne décédée.
L'écriture de Soiz a commencé par une série de poèmes, qui expriment bien la perte de l'être cher. Yves Allaire a souhaité pousser sa démarche plus loin en écrivant le récit des années de vie commune et en les intégrant au livre.
« Françoise me manque énormément, mais je suis dans la vie d'aujourd'hui et non dans le passé, assure le poète. Mon amour n'a pas diminué malgré son départ. Pendant l'écriture du livre, j'ai été dans l'enthousiasme une bonne partie du temps. Je suis reconnaissant de ce que j'ai vécu. C'était une lumière, cette femme! Elle m'a aidé à garder ma lumière allumée. »
L'artiste, qui participera de nouveau au Printemps des poètes en France cette année, note que Soiz propose des « avenues de complicité » et contient beaucoup d'émotions. « Comme comédien, j'aime toucher les gens et transmettre des émotions », fait-il valoir.