Le producteur Sylvain Viau est davantage confiant aujourd’hui de pouvoir créer la seconde saison de la série Amos, chasseur de masques à Magog. Cette série animée met en scène le célèbre Amos, un personnage issu de l’imaginaire de l’auteur Bryan Perro.

Amos Daragon: le producteur reprend confiance

La confiance du producteur Sylvain Viau a augmenté depuis le cri du cœur qu’il a lancé en compagnie de l’auteur Bryan Perro, en juin dernier, afin d’attirer l’attention sur l’avenir de la série d’animation intitulée Amos, chasseur de masques. « Il y a une lueur d’espoir », lance-t-il.

Jusqu’à récemment, M. Viau comptait beaucoup sur Investissement Québec pour financer une partie de la prochaine saison de sa série animée, qui comptera 26 épisodes. Mais il a finalement décidé de se tourner vers le Fonds capital culture Québec, une organisation créée par le gouvernement du Québec et le Fonds de solidarité FTQ afin de précisément soutenir des entreprises du secteur culturel.

À LIRE AUSSI: IceWorks : l’incertitude demeure

IceWorks s’insurge contre le refus de Québec

« J’ai fait une demande d’aide financière au Fonds capital culture et j’attends une réponse dans les prochaines semaines. J’espère qu’il sera en mesure de me fournir une somme de 1,45 million $. C’est la moitié du montant que je recherchais au départ. Ça veut donc dire je serais obligé de trouver le reste ailleurs même si j’obtenais une réponse favorable », révèle le président d’IceWorks animation.

Sylvain Viau en est pleinement conscient, les dirigeants du fonds scruteront de près le potentiel d’exportation d’Amos, chasseur de masques lorsqu’ils analyseront le dossier soumis par son entreprise. « Ce fonds est sélectif. Les possibilités de ventes internationales sont un enjeu majeur pour lui », affirme-t-il.

Rappelons que cette PME de Magog produit actuellement les 13 premiers épisodes de la série Amos, chasseur de masques, un projet d’environ 5 M$. Radio-Canada et TFO offriront toutes deux la série à leurs téléspectateurs en 2020. Sylvain Viau espère maintenant que plusieurs diffuseurs, partout sur la planète, les imiteront.

Une aide précieuse

Associé au projet depuis un moment déjà, l’homme d’affaires Guy Lamarre joue présentement un rôle crucial auprès de Sylvain Viau. L’aide précieuse apportée par M. Lamarre explique en bonne partie pourquoi le président d’IceWorks a repris confiance.

« Son soutien financier fait en sorte que je suis capable de garder jusqu’en octobre des employés qui autrement auraient quitté parce que leur mandat avec nous était terminé. C’est important. Ça me donne un délai supplémentaire. Si les choses débloquent dans les prochains mois, je n’aurai pas besoin de reconstruire mon équipe complètement ou presque. »

Notons que Guy Lamarre a participé à la création du Carrefour santé globale, à Magog, en compagnie du député Gilles Bélanger il y a quelques années. Il a aussi répondu présent quand on lui a demandé d’apporter son soutien financier au projet de construction de la place Tourigny.

« Il me fournit une aide exceptionnelle. Il a une bonne tête et un bon jugement. Je ne voyais plus le potentiel de mon projet avant qu’il me démontre tout son intérêt », avoue M. Viau.

Investissement Québec

Bien qu’il a changé sa stratégie pour financer son ambitieux projet, Sylvain Viau n’exclut pas de formuler une nouvelle demande de soutien à Investissement Québec. 

« Ce que je comprends, c’est que cet organisme n’a aucun programme qui soit adapté à mes besoins. Mais, si j’ouvre mon capital, des possibilités de financement existent avec lui. On verra plus tard en fonction de ce qui se passera », dit-il, en ajoutant qu’il espère également dénicher des fonds privés additionnels.

Sans conteste, il demeure donc des zones d’ombre importantes. Mais le producteur conserve espoir. « On a réussi à faire une première saison de la série par miracle. C’est peut-être ça encore qui va se produire pour les 26 épisodes à venir », déclare-t-il.

Écrits par Bryan Perro, les romans de la série jeunesse Amos Daragon ont été traduits en plus de 20 langues et sont vendus dans de nombreux pays à travers le monde. Plus de deux millions d’exemplaires ont été distribués depuis la création du populaire personnage.

Écrits par Bryan Perro, les romans de la série jeunesse Amos Daragon ont été traduits en plus de 20 langues et sont vendus dans de nombreux pays à travers le monde.

+ Une réponse attendue avant la fin août

Le député d’Orford, Gilles Bélanger, souhaite qu’IceWorks animation obtienne une réponse de la part du Fonds capital culture Québec avant la fin du mois d’août, ce qui permettrait à l’entreprise de rapidement compléter le financement de la seconde saison de sa série Amos, chasseur de masques.

« Je pense que c’est réaliste de penser que la réponse du Fonds capital peut arriver avant la fin d’août. En tout cas, c’est mon objectif à moi de faire en sorte que le producteur Sylvain Viau sache à quoi s’en tenir d’ici un mois », lance M. Bélanger.

Le député d’Orford est notamment conscient que des employés d’IceWorks animation pourraient quitter le navire dans peu de temps, si le président de l’entreprise tarde à réunir les fonds pour lancer la production de la seconde saison d’Amos, chasseur de masques. Ce scénario est d’ailleurs fortement redouté par M. Viau lui-même.

« Le plan, c’est de trouver une somme totale de 2,9 millions $ pour ce très beau projet. Je ne peux pas fournir tous les détails concernant le plan qu’on a pour dénicher tout cet argent. Mais tout commence par l’aide du Fonds capital culture, qui donnerait l’élan nécessaire au reste », explique Gilles Bélanger.

Lorsqu’on demande au député s’il est content de la tournure des événements, il affirme qu’il sera heureux seulement quand tout le dossier sera réglé. « Ça fait deux ans que ça dérape dans ce dossier-là », lance-t-il.

M. Bélanger est d’autant plus pressé de fermer ce dossier qu’il sait qu’une cinquantaine d’emplois sont rattachés à celui-ci. Advenant que le producteur ne trouve pas le financement espéré au Québec, la seconde saison de la série pourrait être produite à l’étranger.