L’illusionniste Alain Choquette est de retour au Capitole, en février et avril, pour présenter son nouveau spectacle «La mémoire du temps».

Alain Choquette: au fil du temps

Même si le spectacle qu’il présente depuis quelques mois au Québec et en France est considéré comme son «dernier grand tour de piste», Alain Choquette ne compte pas abandonner la scène pour autant. «Je n’arrêterai pas de faire du spectacle, mais ça va se faire dans d’autres conditions. Tout ce qui est tournées et vente de billets, je vais laisser ça», confie l’illusionniste qui roule sa bosse depuis 35 ans.

À Paris, où il présente jusqu’à la mi-janvier son spectacle La mémoire du temps, à la salle Le Palace, Alain Choquette trouve de plus en plus difficile d’avoir à tirer son épingle du jeu à travers une offre de divertissement grandissante. «Ici, il y a 600 shows par soir. C’est la guerre. Il faut souhaiter que le bouche à oreille marche bien.»

L’illusionniste est de retour au Québec ces jours-ci pour une tournée qui se poursuivra jusqu’à la mi-juin. Déjà présenté une cinquantaine de fois, son nouveau spectacle fait la part belle à la nostalgie et aux souvenirs. À l’image du sable qu’il fait couler de sa main pendant la représentation, dans un numéro empreint de poésie, l’illusionniste prend la mesure du temps qui file. Des images 8mm le montrent, enfant, alors qu’il nourrissait déjà le rêve de mystifier les foules.

«J’avais envie de parler de ce que je vis. J’approche la soixantaine (il est né en 1962), mais il me semble que c’est hier que j’avais 20 ans. Ma réflexion sur le temps touche tout le monde, autant les jeunes, les adultes que les grands-parents. Le plus beau compliment qu’on me fait au sujet de mon show, c’est d’ailleurs de dire qu’on n’a pas vu le temps passer, que le temps s’est arrêté. C’est justement ce que je voulais faire. Prendre le passé, le présent et le futur, et mêler le tout à la magie.»

Pendant son spectacle, Choquette se plaît à interagir avec l’assistance. L’improvisation n’est jamais très loin. Un de ses numéros préférés consiste à faire monter sur scène le couple de la salle marié depuis le plus longtemps. Chacun des partenaires doit confesser quelques secrets matrimoniaux que l’illusionniste connassait a priori, allez savoir comment.

L'illusionniste Alain Choquette

«Chaque soir, ça crée un moment spécial. On ne sait jamais ce qui va arriver. Une fois, j’ai fait venir sur scène un couple dont le monsieur faisait un peu d’Alzheimer. Heureusement, sa femme a pris le contrôle. Ces moments sont touchants. Il y a une ovation après à chaque fois.»

Numéros plus courts

En raison de sa longue feuille de route – il a vendu quelque 1,5 million de billets en carrière – Choquette est à même d’observer l’évolution de l’univers de la magie. «Comme en humour, grâce au web, il y a beaucoup plus d’illusionnistes. Il y en a de très bons qui ne font pas des shows, mais des numéros d’une dizaine de minutes. C’est rare ceux qui en font pendant une heure et demie.»

Mais Alain Choquette a-t-il déjà lui-même été abasourdi par les trucs d’un confrère? Il ramène à son souvenir une soirée en Belgique, alors qu’il avait 25 ans. Réuni avec des confrères magiciens autour d’un jeu de cartes, il voit arriver un «gros gars avec de grosses lunettes».

«Il était super malhabile avec les cartes, il brassait tout croche. Mais il nous a fait deux trois tours et personne n’a rien compris. Son intelligence résidait dans son manque de dextérité. J’en ai pas dormi de la nuit. Il était vraiment fort.»

Alain Choquette présente son spectacle La mémoire du temps, au Capitole, les 1er février et 25 avril (à 20h), et les 2 février et 26 avril (à 14h)