Daniel Quirion et Adèle Blais posent avec une œuvre d’art créée par Adèle Blais.

Aider les étudiants avec l’art

Quelque 50 toiles d’artistes de la région seront vendues lors d’un encan, le 30 octobre, afin de renflouer les coffres de la Fondation du Cégep de Sherbrooke et des équipes sportives des Volontaires. Pour la coprésidente d’honneur, l’artiste Adèle Blais, il est naturel de se joindre à l’Automn’Art, elle qui considère que son parcours scolaire « a été super écorché ».

« J’ai eu besoin d’aide dans mon parcours, se rappelle Adèle Blais, qui vit maintenant de son art. De pouvoir donner un coup de main dans la lumière, on dirait que ça allait de soi », considère-t-elle.

« J’avais été particulièrement touchée l’année dernière par une vidéo d’une mère monoparentale qui retournait aux études, enchaîne Mme Blais. Pour avoir eu une mère monoparentale qui était aux études, je sais comme ce n’était pas facile. »

Deux toiles d’Adèle Blais se retrouveront à l’encan. « J’ai une œuvre des Sublimes, Greta Garbo, qui était une femme incroyable, autonome, avec une force de caractère. Je trouvais ça super intéressant. J’ai décidé de faire le don d’une autre œuvre surprise qui sera présentée lors de la soirée. Ça fait partie du fait d’être coprésidente d’honneur. J’ai envie d’être généreuse, j’espère que ça va motiver les gens à être généreux », souhaite-t-elle, le sourire aux lèvres.

En effet, les amateurs d’art ont l’habitude de se montrer généreux à cet événement : l’an dernier, environ 67 000 $ avaient été amassés à l’occasion de l’Automn’Art.

De son côté, l’autre coprésident d’honneur, Daniel Quirion, a pu se replonger dans ses souvenirs d’il y a 25 ans, alors qu’il commençait ses études collégiales. « Il y a toute une charge émotive qui va avec ces années, le début du cégep. C’est le début de l’anxiété, de l’anticipation. Il y a une part de responsabilité beaucoup plus grande. Ce sont des souvenirs particuliers, mais de bons souvenirs aussi. Comme j’allais en sciences, je mettais un peu l’art de côté. C’est très positif de parler des arts dans un contexte où je suis allé en sciences, car comme architecte, c’est vraiment le complément parfait », considère celui qui travaille pour la firme Jubinville et associés.

« Mon médium c’est le bâtiment, l’espace, ce qui nous entoure », continue l’amateur d’art.

Important pour la fondation

Cet événement, qui fête son 18e anniversaire, est important pour le rayonnement de la fondation et pour amasser de l’argent pour les étudiants dans le besoin, selon la présidente du conseil d’administration de la Fondation du Cégep de Sherbrooke, Johanne Ceelen. « Le Cégep veut contribuer à notre communauté à différents niveaux. On a de beaux artistes dans notre région qu’on veut mettre en évidence. C’est une façon de rassembler un paquet de monde autour d’un projet commun », explique-t-elle.

« L’argent amassé sert essentiellement à soutenir les étudiants qui ont des difficultés financières, indique pour sa part la directrice générale du Cégep, Marie-France Bélanger. Près de la moitié des étudiants reçoivent des prêts et bourses du gouvernement. Cette aide n’est pas toujours suffisante et n’arrive pas toujours dans les délais. Cet argent donne un coup de pouce. » De l’argent ira également aux équipes sportives des Volontaires. Les athlètes seront bénévoles lors de cette soirée.