Josée Crête

90e Festival des harmonies de Sherbrooke : « Une édition mémorable »

C’est dans une ambiance électrisante qu’a pris fin « une édition mémorable » du Festival des harmonies de Sherbrooke dimanche. La présence de Johan de Meij, le « Wayne Gretzky des compositeurs », a été très appréciée par les spectateurs et les jeunes musiciens, selon la présidente de la Fédération des harmonies et orchestres symphoniques du Québec et présidente du comité organisateur du Festival des harmonies, Josée Crête.

Environ 8000 musiciens ont participé au Festival des harmonies de Sherbrooke de jeudi à dimanche. « De plus, les gens ont été extrêmement choyés de collaborer avec Johan de Meij, qui était venu de New York. Il nous a fait de superbes spectacles. C’est intéressant pour les jeunes. Il a également collaboré en tant que juge le vendredi, c’était extraordinaire. Les jeunes ont profité de son expérience. »

Le concert Prestige du samedi soir a été un moment marquant du Festival. « La salle était comble, et ça faisait longtemps que c’était arrivé. L’harmonie des professeurs de musique du Québec était sous la direction de Michel Simard, mais il y avait plein d’artistes invités », explique Mme Crête.

« Un moment donné, ils ont joué une pièce de Queen, poursuit-elle. Je ne savais pas que les jeunes la connaissaient, mais avec le film, ça a aidé. Ils se sont mis à chanter Bohemian Rhapsody dans la salle, comme ça, sans que ce soit prévu. C’était beau! On a tous eu des frissons. »

« Ce qui ressort, c’est qu’on a voulu fêter le 90e en grand. Il y avait beaucoup d’animation sur le site, les jeunes n’ont pas seulement fait une compétition. Ils ont vécu le festival », considère-t-elle.

Comment parvenir à réaliser une aussi belle édition l’an prochain? « On va faire venir un autre grand compositeur. On a vu des harmonies qui n’étaient pas venues depuis 20 ans. Elles sont venues, car Johan de Meij était ici. Il faut arriver à continuer ce type de classe de maître, car ce n’est pas tout le monde qui veut faire de la compétition. Il y en a qui veulent venir ici pour apprendre quelque chose et vivre une expérience particulière. Ils veulent se promener sur le site et veulent qu’il y ait beaucoup d’animation. Il est actuellement là notre plan de développement et on va y arriver », résume Mme Crête.

Une belle fin de semaine

Pour trois participantes venues de Victoriaville, la fin de semaine a été exceptionnelle. « C’était le fun. Ce n’est pas stressant, car nous sommes confiants. En même temps, on ne sait pas si on va réussir! » affirme Alexandra Héroux, une étudiante de l’école Le Boisé.

« On est allé voir des spectacles, partage pour sa part Maude Bouchard. Pour avoir des points de plus sur notre bulletin, il faut aller voir les autres. On les fait signer et ça nous encourage à y aller », dit-elle, ajoutant que le drumline était le spectacle le plus impressionnant.