L’ambiance était festive aux Jardins vivaces de Fernand, qui célébrait ses 25 ans d’existence. Manon Gosselin, la fille des propriétaires, a profité de l’occasion pour lancer son livre Le jardin d’une vie, relatant l’histoire de l’ambitieux projet porté par ses parents.

25 ans de travail acharné racontés dans un livre

WESTBURY – Il y a 25 ans, Fernand Gosselin perdait son emploi suite à la fermeture de l’usine qui l’employait. Âgé de 57 ans, il s’est retroussé les manches et, avec l’aide de sa conjointe Lise Boisvert, il a aménagé un splendide jardin dans sa cour, qui a gagné plusieurs prix et attiré des visiteurs des quatre coins du monde.

L’ambiance était à la fête aux Jardins vivaces de Fernand. Amis, collaborateurs et membres de la famille, certains ayant fait le voyage depuis l’Abitibi, se sont rassemblés pour célébrer les 25 ans de l’œuvre impressionnante des deux passionnés de la nature et le lancement du livre de leur fille Manon, qui renferme l’histoire de cette belle épopée.

«Nous sommes nés, mon conjoint et moi, avec des parents qui aimaient les fleurs. On a grandi entourés d’elles. Quand on a acheté le terrain en 1970, il n’y avait absolument rien, à l’exception d’une grosse pierre. On a commencé à installer quelques plates-bandes, sans avoir la moindre intention de faire ce que l’on fait aujourd’hui, confie Lise Boisvert quant à leur amour pour la nature.

Cette passion s’est transformée en occupation à temps plein lorsque l’usine où Fernand travaillait a subitement fermé ses portes. «Ce n’est pas évident de se trouver du travail à 57 ans, mais le jardin a été sa bouée de sauvetage au niveau psychologique et financier, poursuit sa douce moitié. Il a invité des gens à circuler dans le jardin et quand il a vu que c’était un succès, il a ouvert la machine à fond.»

L’accomplissement d’un rêve

 En déambulant dans les sentiers du jardin, l’attention aux détails et les touches personnelles frappent l’œil et ne laissent pas de doutes. Le produit final est le résultat d’années de travail acharné et d’un rêve mis en œuvre.

«J’en suis très fier, je ne pensais jamais arriver à faire tout ce qui est là, admet l’homme qui a passé d’innombrables heures parmi les fleurs. Je voyais ce projet comme un rêve, mais depuis quelques années, tous mes rêves se sont réalisés. J’ai même bâti le château tout seul de A à Z. Il y a 13 ponts dans le jardin, des roues qui tournent avec l’eau, des meubles que j’ai faits moi-même et j’en passe. Ça nous donne la santé et le bonheur, c’est un vrai havre de paix.»

«On a reçu des visiteurs de partout dans le monde au fil des années et ils ont été unanimes quant à la qualité de notre jardin. J’ai investi beaucoup de temps et d’effort pour accomplir ce rêve.»

Un livre commémoratif

 Afin d’immortaliser le travail de Fernand et de Lise, leur fille Manon s’est lancé dans la rédaction d’un volumineux livre de 278 pages intitulé Le jardin d’une vie. Écrit avec l’aide d’Érika, la petite fille du couple, il répertorie les espèces florales qui s’y trouvent, raconte l’histoire du jardin et renferme une multitude de photos prises à différentes époques à travers la lentille de l’appareil photo de Lise.

«L’idée d’écrire un livre sur le jardin m’est venue pour la première fois en 2012, se souvient Manon Gosselin. Quand j’ai remarqué qu’on approchait les 25 ans du jardin, je me suis dit que ça ne pouvait plus attendre. Je me suis lancé dans la rédaction avec l’aide de ma fille et le produit final est prêt juste à temps!»

«C’était un projet qui me fascinait, il était fait pour être réalisé, continue-t-elle. C’est facile de se décourager et de remettre à plus tard, mais il ne faut pas succomber aux diversions. Je l’ai fait pour souligner les efforts constants fournis par mes parents pour réaliser ce magnifique projet. J’ai pu choisir parmi une sélection de 10 000 photos, toutes prises par ma mère, pour mettre dans le livre. Le résultat est excellent et la première copie est arrivée en Normandie au moment où on se parle.»