Zone rouge: Québec tiendra compte des objections des proprios

À la lumière du mécontentement chez les propriétaires des résidences de la zone rouge à Lac-Mégantic, le gouvernement du Québec tiendra compte des commentaires soulevés concernant les nouvelles valeurs marchandes.
Le ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire (MAMOT) et la Ville de Lac-Mégantic «ont demandé que la firme responsable des évaluations complète les rapports déjà produits à la lumière des informations additionnelles apportées par les propriétaires qui sont susceptibles de faire varier les résultats des évaluations.»  
«Par la suite, la Ville de Lac-Mégantic rencontrera les propriétaires de la zone rouge pour enclencher la démarche d'acquisition, en plus de compléter le dossier qu'elle acheminera au MAMOT à des fins d'analyse et de paiement», indique un communiqué de presse gouvernemental.
Rappelons qu'à la suite de l'annonce de l'aide financière de 60 millions $ faite par le ministre le 13 juillet dernier, la Ville de Lac-Mégantic avait planifié une série de rencontres individuelles avec chacun des propriétaires de bâtiments et de terrains situés dans la zone sinistrée auxquelles participent notamment le MAMOT, le ministère de la Sécurité publique et le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.
En désaccord
«On a alors présenté les modalités de l'aide financière du MAMOT et pu connaître les intentions des propriétaires des 39 bâtiments concernés, répondre à leurs questions et documenter chacune des situations», ajoute-t-on.
«Lors de cette série de rencontres, la majorité des gens se sont dits satisfaits de l'offre globale présentée, mais en désaccord avec la juste valeur marchande estimée», affirme un communiqué de presse diffusé mercredi.
Samedi, La Tribune rapportait que plusieurs propriétaires se plaignent de l'évaluation qui leur est présentée. Pour sa part, le député de Mégantic, Ghislain Bolduc, disait croire qu'il s'agit d'un prix juste et équitable.
La valeur marchande des bâtiments avait été établie au 5 juillet 2013, telle qu'évaluée par la firme DeRico Hurtubise en octobre dernier, à laquelle on ajoute la valeur foncière du terrain. Cette évaluation faite en l'absence des propriétaires est, de l'avis de plusieurs, incomplète, avait appris La Tribune.
«Il est impératif de mentionner que ni la Ville de Lac-Mégantic ni le gouvernement du Québec n'ont exigé une décision rapide de la part des propriétaires. Plus précisément, les propriétaires ont tous été informés que la décision au sujet du rachat de leur propriété sera requise ultérieurement, insiste le MAMOT dans son communiqué. D'ici là, ils ont été invités à réfléchir aux différentes possibilités qui s'offrent à eux.»