La rivière aux Saumons est sortie de son lit.

Weedon retient son souffle

La rivière aux Saumons s'est gonflée mardi au point d'alerter les autorités, qui craignent de voir une situation pire qu'en 2005. En fin de soirée, il était prévu que le niveau de la rivière grimpe encore de 16 à 24 pouces.
« Le pic est loin d'être atteint. On l'attend vers 2 h du matin », a averti mardi le maire Richard Tanguay.
Un avis d'évacuation a été lancé aux riverains et au moins 45 familles ont décidé de quitter leur domicile. L'eau a aussi envahi une quinzaine de routes, dont certaines parties ont tout simplement été emportées avec l'eau.
La rivière a commencé à alerter les autorités dimanche soir, lorsque les glaces ont commencé à céder près du chemin de la rivière aux Saumons.
« On pensait que tout avait cédé, mais les glaces se sont accumulées un demi-kilomètre plus bas, près du coude qui rejoint la rivière Saint-François. Elles devraient céder ce soir [mardi] ou cette nuit », explique le maire.
Il faut dire que la glace est particulièrement épaisse cette année. Durant l'hiver, elle a atteint jusqu'à 36 pouces d'épaisseur. Certains morceaux font encore entre 24 et 30 pouces d'épaisseur. « C'est sûr qu'une glace de deux pieds d'épais, c'est plus dur à casser », souligne le maire.
Des tests de forage ont d'ailleurs échoué cet hiver afin de prévenir les embâcles. « Le problème, c'est qu'il n'y a pas d'eau dans cette rivière. Quand on a fait des trous, on a touché le fond de la rivière », explique-t-il.
Évacuations
La Croix-Rouge s'est rendue mardi soir à l'hôtel de ville, prête à relocaliser les citoyens qui désirent quitter leur maison. Une douzaine de personnes se sont enregistrées.
Nicole et Réal Lacasse, qui habitent sur le chemin Fontaine, ont décidé eux aussi d'évacuer leur résidence. « On n'a pas d'eau sur notre terrain, mais c'est juste sur le bord », précise M. Lacasse.
Sa femme croit que la situation est pire que les autres années. « D'habitude, on reste à la maison, mais cette fois-ci, on prend pas de chance », a-t-elle ajouté.
« La rivière monte et descend souvent. Les gens ont tendance à penser que quand c'est bas, ça va rester comme ça, mais ce n'est pas le cas. Il y a d'autres vagues d'eau qui sont prévues », indique le maire.
Il estime que les résidants pourront réintégrer leur domicile d'ici trois ou quatre jours, dépendamment de la température.