Yvonne Hamel a été reconnue coupable de vols sur une dame souffrant d'Alzheimer.

Villa Saint-Georges : elle volait l'argent d'une patiente

Une caméra de sécurité installée dans la chambre d'une résidente de la Villa Saint-Georges a permis de dévoiler au grand jour une histoire de vol. Yvonne Hamel, qui agissait alors à titre de préposée aux bénéficiaires, a été prise la main dans le sac.
Elle a perdu son emploi et vient d'être condamnée par le juge David Bouchard de la Cour du Québec.
La dame, maintenant âgée de 65 ans, a profité de la faiblesse d'une résidente souffrant de la maladie d'Alzheimer pour lui dérober de l'argent. Elle s'est introduite dans sa chambre à au moins cinq reprises afin de lui soutirer des sommes variant entre 30 $ et 60$. La valeur totale des larcins est évaluée à 205,25 $. Les faits reprochés remontent au mois de mars.
Lorsque la direction de la Villa a eu vent de l'affaire, elle a immédiatement congédié l'accusée. Cette dernière, qui se représentait seule, a été condamnée à rembourser les sommes d'argent dérobées en plus de faire un don de 300 $ à la Société canadienne d'Alzheimer.
Le magistrat a statué que le fait de voler de l'argent à une femme démunie constituait un acte de violence, mais qu'il n'était toutefois pas approprié de la condamner à une peine d'emprisonnement du fait qu'elle en était à une première offense et que les sommes dérobées étaient relativement mineures.
Hamel, qui se représentait seule devant le Tribunal, devra garder la paix au cours de sa période de probation d'une durée de 12 prochains mois, sans quoi elle pourrait voir son cas s'aggraver.
Il est à noter qu'elle n'avait pas parlé de cette affaire avec ses proches, même son conjoint devrait avoir droit à une surprise de taille. Yvonne Hamel a, entre autres, travaillé à la Villa Saint-Georges et au Pavillon Marchand.