Vignes pré-phylloxé-quoi?

La présente chronique est assurément la moins sexy d'entre toutes celles que je vous ai livrées. Il en va d'insectes se délectant de la vigne, donc si vous en êtes à engloutir votre festin matinal, je vous recommande vivement de revenir par ici plus tard.
Il était une fois, un petit puceron glouton qui malgré sa petitesse allait engendrer la plus grande catastrophe viticole de l'histoire. Avant 1863, ce parasite ravageur de la vigne répondant au nom de phylloxéra vivait sa vie en Amérique du Nord sans trop faire de vagues. Puis, un jour, il fait le saut en Europe où il entreprend une croisade exterminatrice. Il se délecte d'abord des pieds de vigne français, puis rapidement l'épidémie se propage dans le reste du Vieux Continent. Se déplaçant dans le sol ou dans les airs à l'aide de ses ailes, quand il en a, il poursuit rapidement son effroyable ascension par-delà l'Europe. L'Australie, l'Afrique du Sud et même la Californie figurent au registre des victimes. Son ambition destructrice n'épargne personne. En quelques années, les plants tombent comme des mouches, causant la tristement célèbre crise phylloxérique - la pire crise agricole qu'aura connu l'Europe. Le vignoble européen est littéralement à l'agonie. Les répercussions économiques sont désastreuses, entre autres pour le vignoble français qui prendra 50 ans à s'en remettre.
Heureusement, ce cauchemar donne lieu à une véritable révolution scientifique et pave la voie à la viticulture moderne. Au terme de plusieurs tentatives de sauvetage peu concluantes, la solution de greffer les variétés européennes sur des souches américaines immunisées l'emporte. Les racines sont donc américaines, mais les raisins, eux, sont européens! L'arrachage des vignes et la plantation des greffés a engendré la disparition de plusieurs cépages autochtones et l'homogénéisation des plantations, mais aussi le développement de la recherche sur l'hybridation et le traitement des autres maladies de la vigne. Preuve qu'il y a du positif, même dans les situations les plus pénibles!
Depuis, la presque totalité des plantations se fait avec des vignes greffées. Certains vignerons naturellement immunisés en raison de leur position géographique ou de leur type de sol, telles les terres sablonneuses, n'ont pas été touchés. Parmi ceux-là, certains exploitent encore de nos jours de vieilles vignes datant de l'ère préphylloxérique. D'autres, plus téméraires, plantent des vignes franches de pied (non greffées), affirmant qu'elles offrent des vins plus complexes.
Aujourd'hui, le phylloxéra gallicole embête encore les vignes, du moins les feuilles de celles-ci. Si vous êtes attentif lors de votre passage dans les vignobles québécois cet été, peut-être apercevrez-vous les galles qu'il laisse de temps à autre sur les feuilles. À part gêner un peu la plante dans sa photosynthèse, les conséquences sont peu alarmantes ici. Voilà qui change le mal de place... sans trop grand mal!
Pays d'Oc 2015, Viognier, Cazal Viel
(SAQ : 895 946 - 16,45 $)
Le viognier est un cépage blanc onctueux et drôlement aromatique, offrant des notes de mangue, miel, abricot, coing, acacia et amande. Raisin star de l'appellation Condrieu dans la vallée du Rhône, il y produit des vins recherchés et coûteux. Lors de la crise du phylloxéra, il est gravement touché, tellement qu'il n'en reste que 20 hectares en 1986. Heureusement, grâce à la notoriété de ses vins de Condrieu, il est planté par des vignerons du sud de la France et aujourd'hui un peu partout, dont en Californie et en Australie. Le Cazal Viel est élaboré dans le Languedoc par Laurent Miquel. Le nez vibrant porte sur des arômes exotiques de melon miel, de mangue confite et de noix. Sa texture grasse est bien supportée par une belle fraîcheur qui l'empêche de tomber dans la lourdeur. Le BBQ est prêt et fonctionnel? Celui-là appelle un burger de saumon et sauce au miel.
Navarre, Vendimia Seleccionada, Pago de Cirsus
(SAQ : 11 222 901 - 16,55 $)
Cet assemblage de merlot, tempranillo et syrah est le vin par excellence pour ouvrir la saison du BBQ! Au nez, la douceur du merlot domine avec des arômes de terre humide et de champignon. Les tannins sont solides et l'acidité très présente. C'est chaud, gourmand et ça goûte la prune et la fraise. Sortez le chorizo et les pains hot-dog! Le rapport qualité-prix est franchement épatant.
Santé!