Victoriaville taille sa place dans le marché des congrès

La région de Victoriaville s'inscrit de plus en plus comme un terreau fertile à la tenue de congrès d'associations et d'entreprises d'un peu partout au Québec.
De 66 en 2012, le nombre d'événements de ce type est passé à 89 en 2014. Quelque 15 874 nuitées sont associées à ces congrès et on estime à plus de 4 millions $ les dépenses des participants.
«Le tourisme d'affaires et les événements sont un marché singulier pour lequel il faut toujours redoubler d'efforts. Il faut comprendre que les congrès tournent constamment au Québec, c'est-à-dire qu'ils se déplacent chaque année d'une destination à une autre, à la manière d'un circuit. Il faut toujours être proactif, car la concurrence est forte et la clientèle, volage», explique le directeur général de Tourisme Victoriaville et sa région, Alain Provençal.
Le défi est ainsi double : d'abord, il faut faire découvrir l'offre de services de la région aux organisations. Puis, il faut s'assurer que l'accueil et les services sont de qualité pour que les organisations adoptent, ajoutent ou même conservent Victoriaville à leur liste de destinations. D'où l'importance d'une grande synergie entre tous les partenaires.
«Le développement du marché des congrès et événements ne peut exister que s'il s'appuie sur une solide chaîne de qualité. Il faut des infrastructures adaptées aux besoins avec une constante remise à niveau des équipements et une offre d'activités paracongrès propres à séduire les plus difficiles.»
D'autant plus que la concurrence se renouvelle sans cesse. Il suffit de penser au centre de foires de Drummondville, à la construction d'un centre de congrès à Saint-Hyacinthe et aux travaux du centre de congrès de Lévis, conclut-il.