Verglas: les assurances ne couvrent pas tous les dégâts

Alors qu'il faudra encore «plusieurs mois» avant de connaître le montant des dommages causés par la crise du verglas de la période de Noël en Estrie, de nombreux assurés risquent d'avoir toute une surprise puisque des pertes à leur propriété, comme celles résultant de l'éclatement de conduites d'eau en l'absence de chauffage, ne sont pas couvertes.
«Une police d'assurance, ce n'est pas un contrat d'entretien de maison. Si, en raison des pannes de courant provenant du verglas, les propriétaires ont négligé leurs obligations, ce n'est pas couvert. Par exemple, en période de chauffage à l'hiver, il y a obligation de vider et fermer l'eau, mettre de l'antigel dans les conduits et les toilettes, bref faire diligence pour éviter des dégâts prévisibles par temps froid et absence prolongée de courant», résume Julie Bellavance, porte-parole du Bureau d'assurance du Canada (BAC).
Mais alors, si le propriétaire était à l'extérieur, pour vacances ou autre raison valable? «Ça ne change rien. Un propriétaire a l'obligation de s'assurer qu'il y aura surveillance et vérification à l'intérieur en son absence, en confiant les clés à un voisin, à un parent ou à autre responsable», répond Mme Bellemare.
Texte complet dans La Tribune de vendredi.
Abonnement à la version électronique: