Vallières fait de la «nouvelle politique» sans promesses

Karine Vallières ne souhaite pas faire de la « vieille politique ». Jamais elle ne fera de promesses, dit-elle. En fait, la seule qu'elle compte lancer aux gens de Rock Forest-Saint -Élie-Deauville, c'est de « tout faire pour obtenir le maximum pour l'ensemble des citoyens ».
« Des promesses, quand je parle de nouvelle politique, moi je veux en faire le moins possible. Je suis porteuse de ballon pour des dossiers déjà travaillés par les intervenants. Sinon, j'arrive avec des propositions », explique la candidate libérale dans Richmond.
Ces propositions ressemblent beaucoup aux « promesses » du Parti québécois prises par Étienne-Alexis Boucher la semaine dernière.
« À la base, les besoins sont les mêmes. C'est sûr qu'on peut parfois arriver avec des enjeux similaires, peu importe le parti politique. De quelle façon les dossiers seront menés? De quelle façon les citoyens seront représentés? C'est ça qui peut faire toute la différence », confie Mme Vallières.
Là où le discours de Karine Vallières se différencie de celui de son homologue péquiste, c'est lorsqu'elle aborde le sujet du nouveau point de service de santé pour la petite enfance dans l'ouest de Sherbrooke. Une étude de besoins serait alors effectuée.
« Pour moi, les services de proximité ont une grande importance, réitère Karine Vallières. Que ce soit dans la vision des super-cliniques proposées par mon parti ou d'autres dossiers, il importe de s'assurer d'offrir un service de proximité pour répondre aux besoins de nos familles dans l'arrondissement. »
Boulevard René-Lévesque
Le transport demeure une priorité pour Karine Vallières dans l'arrondissement Rock Forest-Saint -Élie-Deauville.
Si elle souhaite une meilleure cohabitation auto-vélo-piéton, elle espère aussi mener à terme le dossier du boulevard René-Lévesque.
« C'est certain que je le veux. J'y travaille. Je suis toujours là comme partenaire à la Ville de Sherbrooke. Je compte demeurer une collaboratrice de premier plan. On doit aussi parler de mobilité active, de transport en commun, de piste multifonctionnelle, des besoins de nos familles », ajoute-t-elle.
Des besoins en éducation
Karine Vallières se dit consciente des besoins en éducation dans l'ouest de la ville de Sherbrooke, mais ne promet pas la construction d'une nouvelle école.
« Je connais les besoins en service de garde et en ce qui concerne la construction ou l'agrandissement des écoles. Il y a des porteurs de dossiers, c'est-à-dire les commissions scolaires dans ce cas. Je ne veux pas les remplacer. Une fois que les dossiers sont montés, c'est à moi de prendre la balle au bond. Il faut faire confiance aux champs de compétences des différentes organisations. Je pourrais promettre une nouvelle école, mais ce n'est pas à moi de le faire. Je vais plutôt travailler avec les partenaires. »
Parmi ses autres priorités finalement : la création d'emplois, la tenue d'un rendez-vous économique dans la circonscription et la relève de bénévoles.